Home AFRIQUE DU SUD AFRIQUE DU SUD : Jacob Zuma va témoigner devant une commission anti-corruption

AFRIQUE DU SUD : Jacob Zuma va témoigner devant une commission anti-corruption

0
Jacob Zuma @Thulani Mbele / Gallo Image / Sowetan

La Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné, jeudi 28 janvier, à l’ancien président Jacob Zuma de témoigner devant la commission Zondo, qui enquête sur les soupçons de corruption durant son magistère de 2009-2018.

L’ancien président sud-africain, Jacob Zuma, est sommé par la plus haute juridiction de son pays à comparaître devant une commission anti-corruption pour témoigner sur les malversations sous sa présidence. « M. Jacob Zuma est enjoint de comparaître et de témoigner devant la commission aux dates fixées par celle-ci« , a ordonné la Cour constitutionnelle sud-africaine dans un jugement rendu jeudi. La juridiction de préciser que l’ex-Président « n’a pas le droit de garder le silence pendant cette procédure ». Elle estime qu’il est inacceptable que l’ancien chef d’État entrave les enquêtes d’une commission qu’il a lui-même mise sur pied.

Jacob Zuma n’a témoigné qu’une seule fois devant la commission présidée par le juge Raymond Zondo en juillet 2019. Il s’était ensuite retiré au bout de quelques jours, considérant qu’il était traité comme un « accusé » et non comme un témoin. En octobre 2020, ladite commission avait passé à la vitesse supérieure en assignant l’ancien chef d’Etat à témoigner, l’avertissant qu’une absence sans motif constituerait « une infraction pénale ».

Après des mois de tergiversation, Jacob Zuma s’était finalement présenté mais avait refusé de s’exprimer alors que cette audition portait sur l’examen de sa demande de récuser le juge Raymond Zondo qu’il accusait d’être partial. C’est par la suite que la commission a saisi la Cour constitutionnelle afin qu’elle se prononce sur l’obligation de Zuma à témoigner.

À voir aussi  SÉNÉGAL - Biram Souleye Diop et Abass Fall bénéficient d'une liberté provisoire

Même si les conclusions de la commission ne peuvent déboucher directement sur des inculpations, elles peuvent être transmises au parquet pour d’éventuelles poursuites. Elle a d’ailleurs déjà entendu des dizaines de ministres ou ex-ministres, élus, hommes d’affaires ou hauts fonctionnaires qui ont fait de graves révélations sur le régime de Jacob Zuma.

       

Laisser un commentaire