Home ART AFRIQUE DU SUD : Mary Sibande raconte la société sudafricaine post-apartheid

AFRIQUE DU SUD : Mary Sibande raconte la société sudafricaine post-apartheid

0
Mary Sibande @PressReader

Mary Sibande est une plasticienne contemporaine sud-africaine née en 1982 à Barberton à Mpumalanga, une province d’Afrique du Sud. Elle vit et travaille actuellement à Johannesburg. Connue dans les domaines de la sculpture, de la photographie, des arts visuels et du collage, Mary Sibande explore la construction de l’identité dans le contexte post-apartheid de la société sudafricaine et les représentations de la femme. A travers son personnage « Sophie », elle explore, enquête, questionne, s’exprime, dénonce, raconte et met en scène des tranches de vie coloniale, discriminatoire et racisée. Mary Sibande est une artiste grand format qui n’hésite pas à bousculer la société et ses tares. A travers son travail, elle donne sa part de vérité de ce monde qui va terriblement mal, trempée dans un contexte historique conservateur où elle interpelle son peuple : les sud-africains dans leur ensemble dont une partie de la population, noire, a longtemps été dominée par une autre, blanche. Pour notre série portrait, Ze-africanews fait un focus sur cette artiste mondialement connue pour son combat pour l’Afrique et le monde noir.

Ses études et ses œuvres
Mary Sibande a étudié à l’université de Johannesburg d’où elle est sortie diplômée en 2007. Dotée d’un talent et d’un style assez singuliers, elle est présentée dans de nombreuses manifestations internationales. Elle a représenté l’Afrique du Sud à la Biennale de Venise en 2011. En plus d’être la dernière lauréate de la Standard Bank Young Artist Award, elle bénéficie d’une exposition itinérante en Afrique du Sud en 2013. Ses productions peuvent être retrouvées dans la collection du Spencer Museum of Art de l’Université du Kansas et dans de nombreuses collections publiques sud-africaines telles que South Africa National Gallery et Johannesburg Art Gallery.

Sophie de Mary Sibande

A travers “Sophie” , elle raconte l’histoire post-coloniale de l’Afrique du Sud
Dans ses sculptures, elle se sert de son personnage, son alter ego “Sophie” vêtue d’un vêtement hybride, une grande robe victorienne de couleur bleue surmontée d’un tablier blanc. Avec les accessoires de maison, elle maintient les yeux fermés comme pour rêver d’un monde de loin différent de celui de la classe ouvrière traditionnelle de l’Afrique du Sud post-Apartheid. Elle raconte l’histoire de l’Afrique du Sud. La vie des Noires domestiques sous l’aile de leur maître. Dans ses œuvres, c’est également l’histoire de sa grand-mère dont ses maîtres avaient appelé “Elsie” par substitution à son nom africain qu’ils ne pouvaient pas prononcer. Elle se pose des questions sur le statut des femmes de sa propre famille, qui était des domestiques, alors qu’elle a réussi à devenir artiste. Elle est libre d’avoir des idées, de les exprimer. Une liberté acquise qui durant des générations, était une notion inexistante dans la vie de ses proches.

Elle gagne en notoriété grâce à la Coupe du monde de football de 2010
Lors de la Coupe du monde de football accueillie par l’Afrique du Sud en 2010, les sculptures et les photographies de Mary Sibande étaient visibles dans les rues de Johannesburg. Un tel événement qui draine une foule immense a accru de façon considérable sa notoriété dans son pays et dans le monde.

À voir aussi  SÉNÉGAL - « La Philosophie à l’épreuve des nanotechnosciences » : Le second livre de Thierno Guèye

Son exposition personnelle « The purple shall govern » a été présentée au National Arts Festival à Grahamstown et dans les principales villes d’Afrique du Sud, dans le cadre de l’itinérance du prix jeune artiste de la Standard Bank. L’autre particularité du travail de Mary Sibande c’est l’utilisation de la couleur bleue qui rappelle la période de l’apartheid qui a fait beaucoup de tord à la communauté noire d’Afrique du sud où des président blancs se sont succédés au pouvoir de 1961 à 1994 soit trente trois ans avant l’arrivée du pouvoir de Nelson Mandela, figure proue de cette période sombre de l’histoire de son pays.

Succession of three ages de Mary Sibande

Son originalité : elle veut comprendre le rôle de la couleur dans l’histoire sud africaine
« Succession of three ages”, une œuvre révolutionnaire de Mary Sibande, représente quatre chevaux gigantesques harnachés à une silhouette difforme, tentaculaire et presque surréaliste. L’artiste plasticienne fait allusion à son enfance dans cette production artistique, où elle a été entourée de personnes qui ont vécu les périodes sombres d’une société difforme socialement, économiquement et politiquement sous fond de ségrégation raciale avec une scisssion entre les Noirs et les Blancs. La couleur violette utilisée dans cette réalisation, rappelle les années 1980 où le peuple sud-africain vivait alors une période de transition et de lutte pour l’abolition du système de l’Apartheid qui avait créé une véritable hiérarchie dans la société sud-africaine biraciale. Au cours d’une manifestation, les forces gouvernementales aspergent un jet d’eau qui contient de l’encre violette sur la foule. L’objectif était d’identifier les protestataires afin de les arrêter par la suite. Inspirée par cette histoire dramatique et historique, Mary Sibande présente un char qui représente le pouvoir despotique et anonyme et des tentacules violets rappellent la figure de la méduse, l’une des trois gorgones de la mythologie grecque. La situation de tension sociale, les chevaux à bascule harnachés, pourraient évoquer l’impasse du peuple noir sud-africain dans la lutte à la recherche de la liberté pour son émancipation effective.

La continuité de son combat contre l’inégalité
Anti-conformiste, révolutionnaire, rigoureuse, plasticienne contemporaine, Mary Sibande a représenté des chiens rouges, motifs récurrents nés de l’expression zouloue « Ie ukwatile uphenduke inja ebomvu », que l’on peut traduire par « Il est en colère, il s’est transformé en chien rouge » en décembre 2019. Elle retrace ainsi l’indignation, le sentiment majeur face à la persistance d’inégalités criantes. « La colère est quelque chose d’animal. Quand elle vous saisit, vous voyez rouge ! », soutient-elle.

Sophie de Mary Sibande
Sophie de Mary Sibande
       

Laisser un commentaire