Home AFRIQUE DE L’OUEST CÔTE D’IVOIRE : Ggagbo attendra que les juges de la CPI reviennent...

CÔTE D’IVOIRE : Ggagbo attendra que les juges de la CPI reviennent de leurs vacances d’hiver.

0
ph:ECHOMATINAL.COM

Des milliers de personnes se réjouissaient vendredi à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan, croyant à la libération provisoire de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, dans les liens de la détention depuis 7 ans. Cette joie collective intervient alors que la Cour pénale internationale (CPI), qui juge actuellement le leader historique du FPI, n’a pas annoncé sa décision en dépit des klaxons et des youyous. D’où vient l’erreur?

Le brasier est parti de Me Rodrigue Dadje, l’un des principaux avocats du Front populaire ivoirien, le parti de M. Gbagbo, qui a confirmé avoir annoncé à tort ,vendredi midi, la libération provisoire de l’ex-président. “Certaines personnes m’ont donné cette info, j’ai été emporté par le mouvement. Mais la CPI n’a pas rendu de décision”, a déclaré M. Dadjé.

“Aucune décision n’a été prise, et je n’ai aucune indication de quand la décision sera rendue”, a déclaré un porte-parole de la CPI à La Haye, Fadi El Abdallah.

Simone Gbagbo, l’épouse de l’ex-président, avait elle aussi annoncé la libération provisoire de son mari devant des journalistes. Une vidéo de la scène mise en ligne a été aussitôt reprise sur les réseaux sociaux. Me Dadje a indiqué que “la vidéo a été supprimée du compte facebook” de Simone Gbagbo”.

Le service de communication de l’ex-première dame et son avocat principal ont fait preuve d’amateurisme et de précipitations. L’avocat s’en est excusé. Il faut dire que les vidéos de Simone Gbagbo entourée de ses partisans, chant et dansant, avaient fini par convaincre les sympathisants et les ivoiriens de la réalité des faits.

Certains militants sont d’autant plus déçus et en colère lorsqu’ils ont appris que les juges de la CPI sont en vacances d’hiver à compter du vendredi 14 décembre. Les hommes en robe reprendront leurs activités le 7 janvier 2019. Ce qui signifie que Laurent Gbagbo et Blé Goudé passeront les fêtes de fin d’année en détention. A moins que, indique un expert du domaine, qu’une décision par écrit des juges ne parvienne aux avocats avant la fin de l’année et par la poste.

Les fake news, la course aux buzz et aux scoop ont certainement joué dans la posture de l’avocat de l’ex première dame berné comme le commun des mortels. Pourquoi n’a-t-il pas joint ses collègues qui assurent la défense de Gbagbo et de Blé Goudé à la Haye? Ne devrait-il pas, en initié, attendre les réactions de deux sources, à savoir le communiqué officiel de la CPI et les avocats de la défense?

(source: financialafrik.com)