Home A LA UNE MAURITANIE : La lutte contre la corruption au menu du 31è Sommet...

MAURITANIE : La lutte contre la corruption au menu du 31è Sommet de l’UA.

0
SHARE
Ph: La Tribune Afrique

L’épineuse question de la corruption était au centre du 31ème sommet de l’Union africaine qui s’est tenu à Nouakchott le1er juillet 2018. En effet, cette rencontre était placé sous le thème « Remporter la lutte contre la corruption: une voie durable pour la transformation de l’Afrique ». Objectif : faire de l’Afrique un havre de paix, d’intégration et de développement économique. 22 chefs d’Etat et diverses autres personnalités ont prit part à cette rencontre.

Selon le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, le combat contre la corruption doit être global en 2018. La corruption prive l’Afrique de près de 50 milliards de dollars chaque année. Selon les chiffres établis par des experts, les ressources détournées par la corruption en Afrique « peuvent, si elles sont investies, suppléer le recours à l’assistance extérieure (…) comme le terrorisme, le combat devrait être global et ne saurait être gagné que par une action collective ».

Egalement à la table des discussions, on peut citer le renforcement de l’intégration continentale initié par le président rwandais Paul Kagame ; les crises qui secouent le continent (notamment la guerre civile au Soudan du Sud) ; la question du Sahara occidental, l’exode de centaines de milliers d’Africains, vers l’Europe principalement.

Il a été aussi question de  la montée en puissance de la force conjointe mise en place par cette organisation régionale, le G5 Sahel (Mauritanie, Burkina Faso, Mali, Niger, et Tchad) pour lutter contre le terrorisme. Sans oublier l’autonomie financière de l’organisation pour sa souveraineté (50% du budget de l’union provient des bailleurs de fonds étrangers et des donateurs). Ainsi que la création d’une zone de libre échange lancée le 21 mars à Kigali et qui représente un marché plus de 1,2 milliard de consommateurs africains.  Le dossier de ZLEC, projet phare de l’agenda 2063 de l’organisation pour la création d’un marché commun déjà approuvé par 44 des 55 états a été aussi examiné.

SHARE