Home PÉTROLE et ÉLECTRICITÉ AFRIQUE – Renforcement du réseau : Production d’électricité en Afrique

AFRIQUE – Renforcement du réseau : Production d’électricité en Afrique

0

L’impératif de réagir aux changements climatiques est plus clair que jamais. Alors que nos horizons technologiques s’élargissent et que les économies émergentes s’ouvrent, la nécessité pour les pays de développer des approches durables en matière d’énergie est devenue criante.

Les 17 Objectifs de développement durable des Nations Unies (ONU) sont une feuille de route pour corriger les erreurs de l’humanité et réaliser la promesse d’un avenir durable. Il s’agit d’une feuille de route vers un monde sans préoccupations énergétiques ou environnementales, dans lequel chaque personne a accès aux ressources vitales dont elle a besoin – nourriture, eau, opportunités financières – ainsi qu’à l’éducation, à la santé et au bien-être. Pour que cela devienne une réalité, il faudra apporter d’immenses changements au fonctionnement de notre société. L’énergie a été décrite comme le « fil d’or » facilitant toute transition possible. La production d’électricité permet au développement humain de se concrétiser, aux connexions à établir et à la croissance économique de prospérer, mais elle contribue également de façon importante au changement climatique.

« L’énergie est essentielle à la réalisation de la quasi-totalité des objectifs de développement durable, depuis son rôle dans l’éradication de la pauvreté jusqu’à la lutte contre le changement climatique, en passant par les progrès en matière de santé, d’éducation, d’approvisionnement en eau et d’industrialisation », explique l’ONU dans un rapport du secrétaire d’alors. . .Général, Ban Ki-moon. Des progrès importants ont été réalisés dans l’accès à l’électricité dans le monde au cours des dernières décennies. La proportion de la population mondiale ayant de l’électricité est passée de 73 % en 2000 à près de 90 % aujourd’hui.

Pourtant, 840 millions de personnes dans le monde vivent encore sans électricité. Les progrès récents dans le domaine de l’accès à l’électricité à l’échelle mondiale sont en grande partie attribuables à l’évolution de la situation en Asie, où l’accès à l’électricité a augmenté à plus du double de la croissance démographique. D’autre part, l’Afrique, malgré sa population émergente, représente la majorité de ceux qui vivent encore sans électricité.

La situation énergétique en Afrique

« Nous devons en faire plus pour mettre le monde sur la bonne voie pour atteindre tous les objectifs de l’ODD G7. « Je suis particulièrement préoccupé par le manque dramatique d’accès à une énergie fiable, moderne et durable dans certaines parties du monde, en particulier en Afrique subsaharienne, une région où nous devons vraiment concentrer nos efforts », déclare le Dr Fatih Birol. directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie. En Afrique subsaharienne, 580 millions de personnes n’avaient pas accès à l’électricité en 2019. Ce chiffre, qui représente les trois quarts du total mondial des personnes sans accès, a en fait légèrement augmenté en 2020 en raison du choc économique de la pandémie. La grande majorité des ménages subsahariens, estimés à environ 90 %, dépendent du charbon de bois pour la cuisson. Ce chiffre ne baisse que légèrement, à 80%, pour les ménages urbains. Cela a de graves conséquences pour l’environnement, contribuant à l’empreinte carbone élevée de l’Afrique subsaharienne par rapport à sa production totale d’énergie. Un pays comme la République d’Afrique du Sud, une économie régionale importante, illustre très clairement ces caractéristiques. La dépendance au charbon pour l’électricité en Afrique du Sud se situe à 90%.

À voir aussi  COTE D'IVOIRE : Marie-Jeanne Igba, directrice de L'AgenceLL' Eleganz : «Observer et changer notre monde !»

Les conséquences pour la santé publique sont une cause évidente d’inquiétude.

Des recherches sur l’impact quantifiable total sur la santé de la production d’électricité à partir du carbone en Afrique du Sud ont révélé plus de 2 200 décès attribuables. Des milliers de problèmes de santé non mortels ont également été attribués, ce qui représente un coût financier total de 2,37 milliards de dollars pour le pays. Le récent péril financier du principal fournisseur d’énergie du pays, combiné à la réapparition de pannes et de pénuries d’électricité, rend la recherche d’énergies alternatives encore plus pressante.

Possibilités d’énergie propre

Des changements radicaux doivent se produire en ce qui concerne le mix énergétique en Afrique subsaharienne. Malgré le potentiel théorique des sources d’énergie renouvelables, comme l’énergie éolienne et solaire, cette voie est elle aussi pleine de défis. Pour commencer, le potentiel d’emploi des énergies renouvelables, comme l’énergie éolienne et solaire, varie selon les pays. Les énergies renouvelables ne sont pas aussi efficaces ou abordables que les combustibles traditionnels. La nature émergente des économies subsahariennes signifie que l’augmentation du prix pourrait entraver l’acceptation par les ménages et, par conséquent, causer des problèmes de mise en œuvre.

Le gaz naturel, par contre, semble être une voie plus prometteuse pour le développement.

Composé principalement de méthane et d’autres gaz, le gaz naturel est le carburant carbone de choix. Dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre en Europe, il est même devenu un élément essentiel de la politique. « Il y a une chose que je dois reconnaître : dans certains domaines de la transition, l’utilisation du gaz naturel sera probablement nécessaire pour passer du charbon à l’énergie durable », a déclaré Frans Timmermans, vice-président exécutif de la Commission européenne en charge de l’Accord vert européen. Plus important encore, les centrales alimentées au gaz naturel sont deux fois moins polluantes que celles alimentées au charbon. Cela rend les quantités de gaz découvertes dans des endroits comme le Mozambique très importantes pour le futur mix énergétique de l’Afrique subsaharienne.

De plus, l’approvisionnement en GNL et la construction d’une infrastructure de réception peuvent résoudre ce problème. Toutefois, il est clair que cela présente des possibilités pour d’autres économies régionales. Si la République d’Afrique du Sud cherchait à obtenir des investissements afin de réaligner son infrastructure énergétique sur le gaz naturel, elle pourrait offrir de nombreux avantages, aux niveaux national et régional. Tout d’abord, cela stabiliserait ce qui a été un réseau électrique turbulent en Afrique du Sud.Cela créerait aussi une activité économique qui alimenterait l’économie locale. Enfin, il permettrait d’atténuer ce qui, jusqu’à présent, a été un lourd bilan carbone pour l’environnement en raison de la production d’électricité à partir du charbon. Les avantages écologiques se feraient sentir dans toute l’Afrique australe.

Source : Anton Van den Berg

       

Laisser un commentaire