Connect with us

ECONOMIE

ALGÉRIE – Le pays dixième producteur mondial de gaz et le quatrième exportateur de gaz

Publie

le

L’Algérie est le dixième producteur mondial de gaz et le quatrième exportateur de gaz, et seules la Russie et la Norvège fournissaient déjà plus d’énergie à l’Europe, c’est ce quon peut retenir d’un communiqué rendu public. L’on apprend que la plupart des flux de l’Algérie vers le continent sont acheminés par navire-citerne vers des usines de gaz naturel liquéfié (GNL) en France ou par gazoduc vers l’Espagne, le Portugal et l’Italie. Plus précisément, le gazoduc Maghreb-Europe transporte le gaz naturel algérien à travers le Maroc jusqu’en Espagne, où il est connecté aux réseaux gaziers espagnol et portugais, tandis que le gazoduc transméditerranéen transporte le gaz de l’Algérie vers la Sicile et l’Italie en passant par la Tunisie. En 2022, l’Espagne et l’Italie ont chacune satisfait un quart de leur demande annuelle de gaz à partir de l’Algérie, et l’Italie recevra encore plus de gaz de l’Algérie cette année, pour un total de 25 milliards de mètres cubes (mmc).

Ses relations d’approvisionnement avec les États-Unis et la Chine ont beaucoup à voir avec cette position, mais c’est la dépendance croissante de l’Europe à l’égard de l’énergie algérienne – le pétrole comme le gaz – qui a contribué à briser le marasme économique de l’Algérie, un marasme provoqué par la pandémie et le choc pétrolier qui s’en est suivi. La Chambre africaine de l’énergie (AEC) examine les forces qui façonnent l’industrie énergétique algérienne dans son nouveau rapport intitulé « State of African Energy Q1 2023 Report » (Rapport sur l’état de l’énergie en Afrique au 1er trimestre 2023).

Les voies du potentiel
Le pétrole et le gaz dominent l’économie algérienne ; le secteur représente près d’un cinquième du PIB. Bien que cela signifie que la nation et ses dépenses sociales sont vulnérables à la volatilité du marché, le rebond des prix de l’énergie après la pandémie et l’invasion a contribué à financer une hausse de l’exploration, de la production et de l’exportation d’hydrocarbures.

La compagnie pétrolière nationale (CPN) Sonatrach, qui contrôle environ 80 % de la production pétrolière et gazière du pays, a déclaré qu’environ deux tiers du territoire algérien restent sous-développés ou inexplorés et estime qu’il y a 100 découvertes non exploitées – des circonstances prometteuses étant donné que beaucoup de ses bassins de production sont matures ou en déclin. Sous la direction de son PDG Toufik Hakkar, la compagnie a mis en place un plan quinquennal de 40 milliards de dollars pour tirer parti du potentiel en amont et en aval. Sur ce montant total, environ trois quarts, soit 30 milliards de dollars, sont destinés à l’exploration et à la production. L’investissement dans l’exploration porte déjà ses fruits, une bonne nouvelle quand on sait que l’Algérie n’a pas connu d’augmentation de ses réserves d’hydrocarbures depuis 2010.

Au cours du seul premier trimestre 2022, Sonatrach a fait six découvertes d’hydrocarbures dans le Sahara algérien, ce qui porte à 41 le nombre total de découvertes depuis 2020. Parmi les découvertes les plus récentes, on trouve du condensat de gaz dans deux réservoirs du bassin d’Illizi, près de la frontière libyenne, un potentiel gazier dans un réservoir du bassin de Béchar, dans le nord-ouest de l’Algérie, et du pétrole brut dans la région nord du bassin de Berkine, une découverte faite en partenariat avec la compagnie pétrolière italienne Eni, qui est présente en Algérie depuis 1981 et qui est la plus grande compagnie pétrolière internationale (IOC) opérant dans ce pays.

Toutefois, aucune de ces découvertes ne s’est approchée, en termes d’ampleur, de la découverte massive réalisée près du champ géant de Hassi R’Mel et de ses infrastructures. Il s’agit de la plus grande découverte de gaz en Algérie depuis deux décennies, et l’on pense qu’elle contient jusqu’à 12 trillions de pieds cubes de réserves. La Sonatrach en accélère le développement dans l’espoir que la production ne remplacera pas seulement le gaz russe pour l’Europe, mais qu’elle renforcera également le régime financier chancelant de l’Algérie.

Dans un entretien par courriel avec S&P Global, M. Hakkar a déclaré que la société « prévoit d’approvisionner le marché du gaz avec plus de 110 milliards de m3 par an jusqu’en 2027 pour répondre à la demande intérieure et à la demande d’exportation ».

Nouvelles lois, nouveaux partenaires
Outre Eni, Sonatrach a établi des partenariats avec d’autres grands groupes internationaux, dont l’américain Occidental, le français TotalEnergies et le chinois Sinopec. Selon l’Association du commerce international, plus de deux douzaines de sociétés pétrolières internationales travaillent actuellement sur plus de 30 projets importants en Algérie.

Bon nombre de ces accords ont été conclus à la suite de l’adoption de la loi algérienne sur les hydrocarbures en décembre 2019, qui a mis fin à une décennie de dommages causés par des réglementations antérieures qui imposaient des taxes élevées aux compagnies pétrolières étrangères et rendaient le partage des contrats avec Sonatrach peu attrayant, voire non rentable.

En revanche, la nouvelle loi, qui vise à créer un environnement favorable aux investissements étrangers, réduit les taux d’imposition, supprime les droits de douane et les taxes sur les équipements d’exploration et de production importés dans le pays et améliore les conditions réglementaires. Elle a également confié à Sonatrach tous les pouvoirs relatifs aux contrats du secteur pétrolier et gazier du pays, éliminant ainsi l’ancien régulateur contractuel, ALNAFT. Les nouvelles règles permettent également à une compagnie pétrolière internationale de conclure l’un des trois types de contrats suivants : un accord de participation, un accord de partage de la production ou un accord de service de risque. Auparavant, les CIO ne pouvaient conclure qu’un système dépassé de partage de la production.

Un avenir incertain ?
De toute évidence, les nouvelles découvertes et les réformes réglementaires sont d’excellentes nouvelles pour l’Algérie et son économie – et, potentiellement, pour une Europe qui tente de se sevrer de l’énergie russe.

Mais il est trop tôt pour savoir quel en sera l’impact durable. Par exemple, le rapport « The State of African Energy Q1 2023 Report » décrit comment les réductions de production de l’OPEP+ ont affecté l’Algérie, qui a rejoint l’OPEP en 1969 et considère qu’il est de son devoir de suivre les directives de l’organisation en matière de plafonnement des quotas.

Continuer la lecture
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LA UNE

NUMÉRISATION DES PROCÉDURES DE DEMANDE DE VISA – Le visa Schengen de l’UE sera mis en ligne d’ici 2026

Publie

le

SchengenVisaInfo, l’Union européenne va faire un grand pas vers  » la numérisation des procédures de demande de visa Schengen ». En effet, le Conseil de l’UE a  approuvé lundi dernier 14 novembre 2023 deux nouveaux règlements notamment  » la numérisation des procédures de demande de visa Schengen, abandonnant également les rendez-vous au consulat et les vignettes-visa ».

 » Entre 22 et 25 millions de demandes de visa dans le monde seront traitées via cette plateforme au moment de son lancement. Les candidats et les États membres bénéficieront de cette plateforme car elle leur permettra d’économiser du temps et de l’argent », a informé SchengenVisaInfo.

En 2026, la plateforme de demande de visa européenne et le visa numérique coexisteraient. Après la fin de la période de transition (fin 2028), toutes les demandes de visa seraient déposées en ligne via la plateforme de demande de visa de l’UE (sauf quelques cas exceptionnels pour lesquels une procédure papier resterait possible).

Cette plateforme va constituer une véritable  » révolution dans le secteur des demandes de visa européen, qui va complètement remodeler l’expérience des voyageurs lors de l’obtention d’un visa Schengen, le rendant non seulement moins cher, mais aussi moins consommateur de temps et d’énergie, et donc moins stressant. La plateforme éliminera également la possibilité de refus pour une demande adressée à la mauvaise ambassade ».

Quels sont les points forts de la numérisation des visas Schengen ?

Les voyageurs peuvent effectuer toutes les procédures de visa Schengen sur une seule plateforme unifiée; fini les tracas liés aux documents physiques, les candidats n’auront pas besoin d’imprimer de nombreux documents, car les formulaires numériques suffiront; les frais de visa seront payés en ligne; les vignettes visa traditionnelles sur les passeports seront remplacées par des codes-barres numériques etc…

Continuer la lecture

BANQUE

BANQUE – Le Groupe Ecobank et African Guarantee Fund Signent Un Accord Transformateur De Partage

Publie

le

Ecobank, le principal groupe bancaire panafricain, et African Guarantee Fund (AGF), une institution panafricaine spécialisée dans l’octroi de garanties, ont uni leurs forces dans le cadre d’un accord novateur de partage des risques d’un montant de 200 millions USD, visant à stimuler la croissance économique et à soutenir les entreprises – notamment les PME détenues par des femmes – sur le continent.


Les deux organisations ont signé un accord de partenariat stratégique aujourd’hui en marge de l’Africa Financial Industry Summit (AFIS) à Lomé, au Togo, en présence de leurs dirigeants.
L’accord de partage de risque de 200 millions USD marque le troisième renouvellement du partenariat entre Ecobank et AGF. La garantie initiale apportée par AGF en 2013 couvrait sept pays avec un portefeuille garanti total de 50 millions USD. En 2018, la portée de la garantie s’est élargie pour englober 14 pays, ce qui s’est traduit par des décaissements cumulés de 230 millions USD depuis lors. Le partenariat renouvelé porte désormais sur 27 pays au sein du réseau africain de Ecobank, offrant une couverture de 50 % pour les PME éligibles sur l’ensemble des marchés cibles.
En s’appuyant sur le vaste réseau et l’expertise financière de Ecobank et en les associant à l’expérience reconnue d’AGF en matière d’atténuation des risques, cette collaboration vise à relever les défis auxquels sont confrontées les PME pour accéder à un financement abordable.
 
 
Les points forts du partenariat sont les suivants :
1. Une couverture de garantie améliorée à 75 % pour le financement des entreprises dirigées par des femmes et les projets verts: Des conditions favorables ont été fixées afin d’accélérer la mise en œuvre d’un plus grand nombre de transactions liées aux entreprises dirigées par des femmes et aux projets verts, avec des coûts réduits.
2. Augmentation de la capacité de prêt : La facilité de 200 millions USD permet à Ecobank d’augmenter considérablement sa capacité de prêt aux PME, lui donnant la possibilité d’accorder davantage de facilités de crédit aux PME qui souhaitent se développer, innover et contribuer à la création d’emplois.
3. Atténuation des risques : AGF jouera un rôle central dans l’atténuation du risque de crédit associé aux prêts aux PME, en instaurant un environnement plus propice pour que les institutions financières soutiennent ces entreprises sans compromettre leur profil de risque.
4. Inclusion financière : En dirigeant les fonds vers les PME, la collaboration s’aligne sur des objectifs plus larges d’inclusion financière, permettant à un large éventail d’entreprises, notamment celles situées dans des zones mal desservies et éloignées, d’accéder aux ressources financières nécessaires à leur croissance.
5. Impact économique : L’accord de partage des risques, d’un montant de 200 millions USD, devrait avoir un effet d’entraînement sur divers secteurs, contribuant à l’essor de l’activité économique, à la création d’emplois et au développement durable à travers l’Afrique subsaharienne.
Commentant ce partenariat, Jeremy Awori, directeur général du Groupe Ecobank, a exprimé son enthousiasme quant à l’impact potentiel sur les PME et le paysage économique général : « Notre partenariat renforcé avec African Guarantee Fund marque une étape importante dans notre engagement à soutenir les PME à travers l’Afrique en leur proposant des financements abordables. Grâce à ce partenariat, nous prenons des mesures audacieuses pour améliorer le financement vert et le financement des entreprises dirigées par des femmes. Ce faisant, nous visons à éliminer les exigences rigoureuses et restrictives en matière de garanties, qui entravent particulièrement l’accès au crédit des entreprises orientées sur les femmes ».
Jules Ngankam, directeur général de African Guarantee Fund Group, a salué le partenariat de longue date entre AGF et le Groupe Ecobank ainsi que son impact transformateur sur les PME : « Le renouvellement de notre partenariat avec le Groupe Ecobank, qui couvre désormais 27 pays, illustre l’importance des mécanismes de partage des risques que les banques devraient mettre à profit pour développer leur portefeuille de PME. Ce partenariat catalysera près d’un milliard d’USD de financement pour les PME, qui sont les véritables moteurs de la croissance des économies africaines ».
Le programme Ellever de Ecobank bénéficiera aussi largement de notre programme ‘Garantie pour la croissance’ de l’AFAWA afin de stimuler de manière significative le financement des PME dirigées ou détenues par des femmes », a-t-il ajouté.
L’accord de partage des risques, d’un montant de 200 millions USD, est voué à devenir une initiative de référence dans le paysage financier de l’Afrique subsaharienne, démontrant les efforts de collaboration d’acteurs clés pour stimuler la croissance économique et encourager l’esprit d’entreprise. Les pays couverts par le partenariat, classés par ordre alphabétique, sont les suivants : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Guinée équatoriale, Kenya, Mozambique, Nigeria, Ouganda, République centrafricaine, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Sud-Soudan, Tanzanie, Tchad, Togo, Zambie et Zimbabwe.

Continuer la lecture

BANQUE

AFIS AWARDS 2023 – La Brvm est lauréate du prix Innovative Deal of the Year

Publie

le

La Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM), a reçu le Prix de l’Innovative Deal of the Year de l’AFIS AWARDS 2023, conjointement avec la SGI EDC Investment Corporation. C’était à l’occasion de l’African Financial Industry Summit (AFIS), tenu à Lomé (Togo), les 15 et 16 novembre 2023.

Un communique de la Brvm renseigne que ce prix est attribué relativement au succès de l’introduction à la BRVM de Orange Côte d’Ivoire, le 30 décembre 2022, avec une capitalisation record à l’introduction de 1538,19 milliards de Francs Cfa.

Le document rapporte que la distinction faite à la BRVM à travers le Prix « Innovative Deal of the Year » traduit la reconnaissance de l’industrie financière africaine à une opération rare ces derniers temps sur les marchés (privatisation partielle par IPO) qui a permis de hisser la place boursière de l’UEMOA à la cinquième place des bourses africaines en termes de capitalisation en septembre 2023.
Dr Edoh Kossi AMENOUNVE a exprimé toute la reconnaissance de la BRVM, de son Conseil d’Administration, de sa Direction Générale et de l’ensemble de son personnel qui sont honorés de recevoir cette distinction. Elle vient couronner les efforts entrepris depuis plusieurs années en termes de promotion du marché financier régional et d’innovation.

Dr AMENOUNVE a saisi l’opportunité pour témoigner sa profonde gratitude au Gouvernement ivoirien et à son Comité de Privatisation dont il a salué la vision et le leadership. Il a tenu à les remercier pour leur permanente sollicitude à l’égard de la BRVM. L’offre publique de vente des actions de Orange Côte d’Ivoire a été arrangée et conduite par la SGI EDC Investment Corporation (Groupe Ecobank) co-lauréat du prix.

Initié par Jeune Afrique Media Groupe (JAMG) en partenariat avec Mazars, l’AFIS Awards récompense chaque année cinq catégories d’entreprises et individus qui ont fortement contribué à la croissance du secteur financier africain.

Le prix « Innovative Deal of The Year » récompense les acteurs de l’investissement africain et valorise une opération financière d’envergure qui s’est distinguée notamment par sa structuration, sa dimension stratégique et son impact sociétal.

Continuer la lecture

DERNIERS ARTICLES

FACEBOOK

PUB

NEWS +