Home CÔTE D'IVOIRE CÔTE D’IVOIRE : Henri Konan Bédié met fin au régime de transition...

CÔTE D’IVOIRE : Henri Konan Bédié met fin au régime de transition et sollicite un dialogue national

0

L’ex-président ivoirien et principal opposant au gouvernement actuel, Henri Konan Bédié a décidé, le mercredi 9 décembre 2020, de mettre fin au régime de « transition » proclamé par l’opposition pour dénoncer la réélection illégitime du président Alassane Dramane Ouattara. Il propose désormais un « dialogue national » pour un apaisement politique.

«Je propose dès maintenant et urgemment, en accord avec toute l’opposition, l’organisation d’un Dialogue National » dit-il en ajoutant dans cette mouvance : « Ce nouveau cadre de dialogue qui verra la participation de toutes les forces vives de la Nation (…) remplace évidemment le CNT (Conseil national de transition) que l’opposition ivoirienne avait initialement proposé », a écrit Henri Konan Bédié dans une déclaration transmise aux médias.

L’opposition ivoirienne hostile au troisième mandat du président sortant Alassane Dramane Ouattara, avait mis en place un « Conseil national de transition » qui devait former « un gouvernement de transition» pour prendre sa place. Deux jours après l’élection présidentielle du 31 octobre, et avant même la proclamation des résultats définitifs, Henri Konan Bédié avait été désigné « président » du CNT par le porte-parole de l’opposition, Pascal Affi N’Guessan. Cependant l’homme politique ne s’était jamais prononcé ouvertement sur le sujet.

À voir aussi  RDC : L’opposant historique Etienne Tshisekedi est décédé.

Au lendemain de la proclamation des résultats définitifs par la Commission électorale accordant à Alassane Dramane Ouattara un troisième mandat, le 3 novembre 2020, les forces de l’ordre avaient placé sous blocus les résidences des principaux leaders de l’opposition, dont celle d’Henri Konan Bédié. Maurice Guikahué, le bras droit de Bédié et plusieurs responsables, dont Pascal Affi N’Guessan, ancien Premier ministre, avaient été arrêtés et sont toujours maintenus en prison.

Le scrutin présidentielle du 31 octobre s’était ainsi déroulé sous haute tension face à une opposition qui avait opté pour le boycotter à travers une désobéissance civile. Des violences s’en sont suivies occasionnant 85 morts et 500 blessés dans le pays d’août à novembre.

Un nouveau vent d’apaisement semble souffler sur le ring politique suite à la rencontre entre le président Alassane Dramane Ouattara et l’opposant Henri Konan Bédié le 11 novembre. Un appel au dialogue qui pourrait être un moment décisif vers une stabilité durable.

       

Laisser un commentaire