Connect with us

SANTÉ

MORTALITÉ INFANTILE – 340 enfants de moins de 5 ans meurent chaque jour de maladies évitables

Publie

le

En moyenne, près de 1,6 million de personnes tombent malades par jour car elles ont consommé des aliments impropres à la consommation. L’alerte a été lancée par l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU, relevant que 340 enfants de moins de 5 ans meurent en moyenne quotidiennement de maladies d’origine alimentaire évitables.

Plus 200 maladies causées par des aliments impropres à la consommation, allant de la diarrhée aux cancers, sont causées par la consommation d’aliments contaminés par des bactéries, des virus, des parasites ou des produits chimiques. « Chaque jour, on estime que 1,6 million de personnes dans le monde tombent malades après avoir consommé des aliments dangereux », a déclaré lors d’un point de presse de l’ONU à Genève, Dr Francesco Branca, Directeur du département Nutrition et sécurité sanitaire des aliments de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à la veille de la 5ème Journée mondiale de la sécurité sanitaire des aliments. L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) rappelle d’ailleurs que la sécurité sanitaire des aliments représente une composante essentielle de la sécurité alimentaire. Celle-ci joue un rôle crucial dans la réduction des maladies d’origine alimentaire.

Selon l’agence, 600 millions de personnes sont touchées chaque année par environ 200 types de maladies d’origine alimentaire. Et ce sont les populations pauvres et les jeunes qui en souffrent le plus. Par ailleurs, les maladies d’origine alimentaire sont responsables de 420.000 décès qui pourraient être évités chaque année. L’accès à une alimentation sûre, nutritive et saine est un droit humain fondamental. La salubrité des aliments est un facteur déterminant de la santé humaine. Pour garantir ce droit, les gouvernements doivent veiller à ce que les aliments disponibles répondent aux normes de sécurité. Ces normes garantissent la sécurité, la nutrition et la qualité des aliments et protègent des vies. L’OMS, en collaboration avec la FAO, dirige des groupes d’experts mondiaux et fournit des avis scientifiques pour élaborer des normes alimentaires et protéger la santé des consommateurs partout dans le monde.

La corrélation forte entre l’insécurité alimentaire et l’exposition aux risques de maladies liées aux aliments

La Journée mondiale de la sécurité alimentaire intervient dans une période de crise dans le monde. Selon la FAO, 828 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire chronique. Il y a quelques semaines, le rapport mondial de l’ONU sur les crises alimentaires a mis en évidence qu’au cours des sept dernières années, le nombre de personnes en situation de crise alimentaire est passé de 108 millions à 258 millions, certaines d’entre elles risquant la famine. « Il est clair que plus vous avez faim, plus l’insécurité alimentaire vous affecte de manière chronique aiguë, plus vous allez essayer de trouver de l’alimentation, plus vous serez exposés aux risques d’avoir accès à de l’alimentation qui n’est pas sûre, qui présente des risques en matière de contamination », a affirmé lors d’une conférence de presse à Genève, Dominique Burgeon, Directeur du Bureau de liaison de la FAO à Genève, relevant que « c’est dans les pays les plus vulnérables où il y a plus de risques ».

En fait la FAO entend rappeler « la corrélation forte entre l’insécurité alimentaire et l’exposition aux risques de maladies liées aux aliments ». C’est pourquoi dans tous les pays où elles opèrent, les agences onusiennes essaient d’appuyer ces pays, quel que soit leur situation.

Continuer la lecture
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SANTÉ

COVID 19 – Une nouvelle variante découverte

Publie

le

Selon un haut responsable de l’Organisation mondiale de la santé, une nouvelle variante hautement mutée du COVID dénommée BA.2.86 a été découverte dans plusieurs pays notamment en Suisse, en Afrique du Sud, ainsi qu’en Israël, au Danemark, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

D’après  » Reuters », la variante a été repérée  » pour la première fois au Danemark le 24 juillet après le séquençage du virus infectant un patient risquant de tomber gravement malade ». Et c’est ainsi qu’il a été détecté  » chez d’autres patients symptomatiques, lors de contrôles de routine dans les aéroports et dans des échantillons d’eaux usées dans une poignée de pays ».

Ainsi, des scientifiques ont indiqué que  » même s’il était important de surveiller BA.2.86, il était peu probable qu’il provoque une vague dévastatrice de maladies graves et de décès étant donné les défenses immunitaires développées dans le monde entier à la suite de la vaccination et d’une infection antérieure ».

La responsable technique COVID-19 à l’OMS, Maria Van Kerkhove, a déclaré pour sa part que  » Les chiffres sont encore faibles ». Mais la réduction de la surveillance mondiale pourrait entraîner une circulation rapide du virus…

Continuer la lecture

SANTÉ

LUTTE CONTRE LE TABAC : Sept personnes sur 10 protégées par une mesure anti-tabac

Publie

le

Un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) souligne que 5,6 milliards de personnes, soit 71% de la population mondiale, sont désormais protégées par au moins une politique de bonnes pratiques visant à sauver des vies du tabagisme mortel, soit cinq fois plus qu’en 2007.

Au cours des 15 dernières années, depuis que les mesures de lutte antitabac dites MPOWER de l’OMS ont été introduites à l’échelle mondiale, les taux de tabagisme ont chuté. Sans cette baisse, l’agence sanitaire mondiale de l’ONU estime qu’il y aurait aujourd’hui 300 millions de fumeurs de plus dans le monde. Ce nouveau rapport de l’OMS sur l’épidémie mondiale de tabagisme met l’accent sur la protection du public contre le tabagisme passif, en soulignant que près de 40% des pays disposent désormais de lieux publics intérieurs entièrement non-fumeurs. Le rapport évalue les progrès réalisés par les pays dans la lutte antitabac et montre que deux autres pays, Maurice et les Pays-Bas, ont atteint le niveau des meilleures pratiques pour toutes les mesures MPOWER, un exploit que seuls le Brésil et la Turquie avaient accompli jusqu’à présent. « Ces données montrent que, lentement mais sûrement, de plus en plus de personnes sont protégées des méfaits du tabac par les politiques de l’OMS fondées sur des données probantes et sur les meilleures pratiques », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, félicitant Maurice de devenir le premier pays d’Afrique et les Pays-Bas de devenir le premier pays de l’Union européenne à mettre en œuvre l’ensemble des politiques de lutte antitabac de l’OMS au plus haut niveau. Huit pays ne sont plus qu’à une politique de rejoindre les leaders de la lutte antitabac : l’Éthiopie, l’Iran, l’Irlande, la Jordanie, Madagascar, le Mexique, la Nouvelle-Zélande et l’Espagne. Toutefois, il reste encore beaucoup à faire : 44 pays ne sont protégés par aucune des mesures MPOWER de l’OMS. Dans le même temps, 53 pays n’ont toujours pas adopté d’interdiction totale de fumer dans les établissements de santé. Par ailleurs, la moitié seulement des pays disposent de lieux de travail et de restaurants privés sans fumée.

Tabagisme passif
« L’OMS exhorte tous les pays à mettre en place toutes les mesures MPOWER au niveau des meilleures pratiques pour lutter contre l’épidémie de tabagisme, qui tue 8,7 millions de personnes dans le monde, et à s’opposer aux industries du tabac et de la nicotine, qui font pression contre ces mesures de santé publique », a affirmé le Dr Ruediger Krech, Directeur de la promotion de la santé à l’OMS. A noter qu’environ 1,3 million de personnes meurent chaque année du tabagisme passif. Tous ces décès pourraient être évités. Les personnes exposées au tabagisme passif risquent de mourir de maladies cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, de maladies respiratoires, de diabète de type 2 et de cancers. Dans ce combat contre le tabac, l’interdiction de fumer dans les espaces publics n’est qu’une des mesures de l’ensemble de mesures efficaces de lutte contre le tabagisme, MPOWER, destinées à aider les pays à mettre en œuvre la convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac et à enrayer l’épidémie de tabagisme. Le document démontre que tous les pays, quel que soit leur niveau de revenu, peuvent faire baisser la demande de tabac mortel, remporter des victoires majeures en matière de santé publique et faire économiser aux économies des milliards de dollars en soins de santé et en coûts de prod

Continuer la lecture

SANTÉ

SÉNÉGAL – 400 cas de rougeole enregistrés

Publie

le

La rougeole est revenue en force, avec plus de « 400 cas enregistrés à l’échelle nationale ». C’est une révélation du Docteur Boly Diop, responsable de surveillance épidémiologique et post-vaccinale au ministère de la Santé et de l’action sociale, ce jeudi 13 juillet 2023.

« Les performances pour le premier semestre ont révélé l’existence d’une épidémie de rougeole », a dit le Docteur Boly Diop, qui fait remarquer que Fatick est la seule des 14 régions du pays qui n’a pas encore enregistré de cas confirmé de rougeole.

«En dehors de Fatick, toutes les régions ont des cas confirmés de rougeole et il y a des districts qui sont entrés en épidémie. Ça veut dire qu’aujourd’hui, la rougeole est revenue en force, il y a des cas confirmés et des épidémies qui sont enregistrées un peu partout dans les région», dit-il, en marge d’une réunion de coordination trimestrielle de surveillance épidémiologique.

Continuer la lecture

DERNIERS ARTICLES

FACEBOOK

PUB

NEWS +