Home MUSIQUE – Hip, hip, hurrah ! Le Bénin sur le toit de...

[MUSIC-IN] – Hip, hip, hurrah ! Le Bénin sur le toit de la musique mondiale grâce à Angélique Kidjio

0
Angélique Kidjo habillé par le styliste camerounais Imane Ayissi

Et la lauréate du Prix du Meilleur Album de la musique mondiale 2022 est… Angélique Kidjo ! Intérieurement, je me suis posé la question de savoir c’était quoi une « musique mondiale » ? Il faut dire que cette expression m’a mis un tantinet chafouin. Mais, on n’est pas là pour parler de mes ressentis à la noix. Passons.

Encore une fois, la déesse Fon vient de plier le game si tant est qu’il existe encore un game. Le dimanche 3 avril 2022, lors de la 64ème cérémonie des Grammy Awards, Angélique Kidjo, la star béninoise, remportait le prix du Meilleur Album de la musique aux Grammy Awards pour son album ‘‘Mother Nature’’ sorti en 2021, à Las Vegas au MGM Grand Garden Arena. Ne m’en demandez pas plus. Je sais toutefois que c’est à Hollywood non loin de l’endroit où Will a mis une raclée à Chris. En tout cas, ça marche du tonnerre pour Kidjo-Gram, Oups ! Je voulais dire pour Angélique Kidjo. Et s’il vous plait, c’est son 5ème grammy !

Pour être honnête, je m’attendais à quelques scènes dans le genre que nous ont servi les Oscars la semaine dernière : des insultes, des rires, des applaudissements. Nous n’avons eu droit qu’au dernier. Cette fois-ci, il n’y aura pas d’algarade, pas de duel viriliste. Dommage. Il faut croire que les artistes-musiciens, contrairement à leurs pairs les comédiens, savent quoi faire de leurs mains.

Il n’y a pas vraiment eu de surprise. La cérémonie fut sobre, mais belle. Pour être honnête, elle m’a laissé sur ma faim. J’ai eu l’impression d’assister à une scène recuite des années précédentes. À quoi ça sert d’organiser un Grammy Awards quand on sait à l’avance le nom du vainqueur ? Peut-être pas grand-chose quand on regarde le déroulement de la dernière cérémonie des Grammy. Comme quoi, ça ne sent pas bon quand vous êtes nominés dans la même catégorie que Angélique Kidjo. Dimanche dernier, Rocky Dawani et Wizkid en ont appris à leur dépends. Comme le diraient les gens, elle les a fracassés, battus à plate couture.

Angélique Kidjo @Page Facebook Angélique Kidjo

Cela fait la cinquième fois qu’on récompense la même femme, qu’on ne se lasse pas d’applaudir cette dame, qui, il faut le lui reconnaître, est une merveille de grâce et de charme. Entendons-nous ! Je ne remets nullement en cause ni son prix, ni son talent. Elle a l’étoffe d’une winner. Mais, tout de même. Angélique, par son talent, barre la route aux autres artistes dans l’arrière scène qui mériteraient un peu plus de reconnaissance, un peu de lumière. J’ai été choqué d’entendre son nom, une fois de plus. Pas surpris, mais choqué. En cette femme d’âge mûr coule la sève des Amazones du Dahomey, ces guerrières intrépides qui ont marquées l’histoire de l’Afrique coloniale. Kidjo, je le reconnais, est une des rares femmes qui puissent composer et chanter en français, en anglais, en fon avec une égale pureté. Pourquoi ne pas créer une catégorie, en annexe, où elle serait la seule à compétir ?

À voir aussi  NIGÉRIA - La chanteuse internationale Yemi Alade au “London 2021 Earthshot Prize Awards”

Dans « Mother Nature », on peut se faire l’idée la plus complète du talent de Kidjo. Cet album est un savant mélange de genres musicaux comme l’afrobeats, le dancehall, le hip-hop, le rap,… et plusieurs autres tendances musicales. C’est un condensé de featuring qui réunit plusieurs jeunes artistes africains, pétris de talents. « Mother Nature » revendique de placer la femme au centre de la société, qui l’a en a exclu. Cet album, c’est un combat contre les violences faites aux femmes et plaidoyer pour la défense du climat. Merci l’Ange Kidjo ! 

       

Laisser un commentaire