Home AFRIQUE AUSTRALE KENYA – Présidentielle : William Ruto promet de publier les contrats signés...

KENYA – Présidentielle : William Ruto promet de publier les contrats signés avec la Chine s’il est élu

0

Les contrats relatifs aux projets d’infrastructures signés entre Pékin et Nairobi n’ont jamais été rendus publics. Plusieurs activistes et ONG anti-corruption ont déjà saisi la justice pour tenter d’obtenir leur divulgation.

Le vice-président et candidat à la présidentielle kényane, William Ruto (photo), a déclaré dans un entretien accordé à Reuters le mercredi 20 juillet, qu’il publierait les contrats signés entre les autorités kényanes et la Chine, et expulserait les ressortissants chinois travaillant illégalement dans le pays, s’il est élu en août prochain.

M.Ruto qui affrontera l’opposant historique Raila Odinga lors du premier tour de la présidentielle prévue le mardi 9 août, a promis de rendre public « l’ensemble des contrats » signés entre les autorités kényanes et la Chine, « y compris le contrat relatif à la construction de la ligne ferroviaire à écartement standard » qui relie depuis 2017 la ville portuaire de Mombasa à celle de Naivasha, dans la vallée du Rift, via la capitale Nairobi.

Deuxième créancier du Kenya après la Banque mondiale, la Chine a financé de nombreux projets d’infrastructures dans ce pays d’Afrique de l’Est.  Mais le projet le plus controversé est celui du chemin de fer Mombasa- Naivasha-Nairobi qui a été financé par un prêt chinois de 5 milliards de dollars, devenant ainsi le projet d’infrastructure le plus cher depuis l’indépendance du pays en 1963.

Les contrats signés entre Pékin et Nairobi n’ont jamais été rendus publics. Ce qui a poussé plusieurs activistes et ONG anti-corruption à saisir la justice pour obtenir leur divulgation.

À voir aussi  ZIMBABWE : L’ancien président Robert Mugabe est décédé à l'âge de 95 ans.

Agé de 55 ans, William Ruto a également promis de « réduire les emprunts qui ont financé les projets de construction d’infrastructures durant le mandat du président Uhuru Kenyatta », tout en rejetant l’idée d’une restructuration de la dette du pays.

« Le Kenya a la capacité de gérer la situation de sa dette », a-t-il dit.

Les « débrouillards » contre les « dynasties »

Les élections présidentielle législatives et locales du 9 août prochain se dérouleront alors que la première économie d’Afrique de l’Est est confrontée à de graves difficultés économiques, consécutives à la covid-19 et à la guerre en Ukraine.

M.Ruto brigue la succession du président Kenyatta qui ne peut plus se présenter à un troisième mandat.

Fils de Jomo Kenyatta, premier président du Kenya entre 1964 et 1978, Uhuru Kenyatta a décrit William Ruto comme « inapte à la fonction présidentielle » et apporté son soutien à son principal concurrent, Raila Odinga.

William Ruto avait déjà déclaré en juin dernier, qu’il expulserait les ressortissants chinois occupant des emplois qui pourraient revenir aux Kényans, s’il est élu en août.  

Candidat de l’Alliance démocratique unie (UDA), un parti qu’il a lui-même fondé en 2020, M. Ruto se présente comme le héraut de la « Hustler Nation », la nation des « débrouillards » ceux qui se battent au quotidien pour survivre, face à l’alliance des « dynasties » qui gouvernent le pays depuis son indépendance.

Sources: Agence Ecofin

       

Laisser un commentaire