Home MINES SÉNÉGAL – ZIRCON : 90% pour la France et 10% pour le...

SÉNÉGAL – ZIRCON : 90% pour la France et 10% pour le Sénégal

0
Loumpoul @Visiter l'Afrique

Lompoul, est une petite zone désertique située dans le nord-ouest du Sénégal, à mi-chemin entre Dakar et Saint-Louis. Il sera la prochaine zone d’exploitation du zircon. La deuxième phase appelée Grande Côte Opérations (GCO) devrait débuter en 2023 avec la filiale française Eramet. Cette dernière s’empare de la plus grande part du contrat avec 90% des revenus issus de l’exploitation de ce minerai utilisé pour la fabrication de matériaux de construction, dans la joaillerie ou dans l’industrie nucléaire. Le Sénégal quant à lui n’aura que 10% de son zircon. Un écart de gain significatif que les populations de cette localité peinent à comprendre, des populations qui s’inquiètent également pour leur travail lié à l’activité touristique de la zone.

Sept ans après le lancement de la première phase en 2014 de la mine de Diogo au nord du Sénégal, la filiale de l’entreprise minière française Eramet veut désormais lancer la deuxième phase de l’exploitation du zircon à Lompoul en 2023. C’est en mars 2014 que la première phase de l’exploitation avait débuté au Sénégal. La mine est située à 150 kilomètres au nord de Dakar et s’étend sur plus de 100 kilomètres le long de la côte. Elle produit également de l’ilménite, un autre minerai utilisé dans l’industrie des pigments.

Si les populations de cette localité restent sceptiques et inquiètes, l’État sénégalais ne s’est pas encore prononcé sur une possible indemnisation ou nom des ces familles qui seront directement touchées par les impacts de cette exploitation minière. Le tourisme sera le premier secteur qui subira les effets négatifs de ce projet, facteur clés de l’activité économique dans cette partie du Sénégal. Certains déplorent le manque de communication et de concertation entre l’État et les populations. Leur questionnement est axé sur le pourcentage disproportionné entre les 90% récupérés par la France et les seuls 10% revenant au Sénégal. 

À voir aussi  SÉNÉGAL - Les habitants de Pikine exigent l'extension des cimetières

Un autre dossier est au ralenti à Niafrang au sud du pays précisément dans la région de la Casamance, et pour cause : les populations mais également le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC), un mouvement séparatiste actif dans cette partie du Sénégal depuis 1980, ne se plient pas. Ils refusent que les terres soient touchées. Ce refus empêche Astron, la société australienne qui doit exploiter le zircon dans cette zone de commencer le processus d’exploitation. 

En 2020, le site a produit 85 000 tonnes de minéraux selon le ministère sénégalais des Mines. Toute la production est exportée vers le marché européen. Les autorités sénégalais se sont fixées un objectif de 90 000 tonnes par an. Une ambition qui s’inscrit dans le cadre du projet de développement économique national le “Plan Sénégal Émergent.”. Toutefois, selon la société Eramet, elle assure créé 735 emplois directs et 1 000 indirects liés à l’exploitation du zircon et dont 94% profitent aux sénégalais. Le gisement s’étend sur une centaine de kilomètres le long de la côte. C’est le quatrième gisement de zircon le plus important au monde. 

       

Laisser un commentaire