Connect with us

ARMÉE

SOMALIE – Les shebabs attaquent un hôtel de la capitale Mogadiscio

Publie

le

Une attaque par les shebabs d’un hôtel de Mogadiscio était en cours vendredi soir, 10 juin 2023 montrant la capacité des islamistes radicaux à continuer à frapper dans la capitale somalienne.

Les shebabs, qui ont revendiqué l’assaut en disant avoir visé un lieu fréquenté par les autorités, ont attaqué « un hôtel de la plage du Lido », au sud de Mogadiscio, a indiqué le gouvernement dans un communiqué. « Les forces de sécurité ont sauvé de nombreuses personnes du bâtiment et l’opération est toujours en cours », a-t-il ajouté.
Dans la soirée, des coups de feu se faisaient toujours entendre et des ambulances étaient vues à côté de l’hôtel, a constaté un journaliste de l’AFP. « J’étais près du restaurant Pearl Beach (sur la plage du Lido) lorsqu’une forte explosion s’est produite devant le bâtiment. J’ai réussi à m’enfuir, mais il y a eu par la suite des tirs nourris et les forces de sécurité se sont précipitées dans la zone », a raconté à l’AFP un témoin de l’attaque, Abdirahim Ali.

« Le restaurant était plein de monde, car il a été récemment rénové », a affirmé de son côté à l’AFP Yaasin Nur, un autre témoin, qui dit être « inquiet » pour deux de ses collègues qui étaient sur les lieux et « ne répondent plus à leurs téléphones ».
En août 2020, les shebabs avaient lancé une attaque d’envergure contre l’Elite, un autre hôtel de la plage du Lido, tuant dix civils et un policier. Il avait fallu quatre heures aux forces de sécurité pour reprendre le contrôle de l’établissement.
« Guerre totale »

Les shebabs, affiliés à al-Qaïda et qui réclament l’instauration de la loi islamique dans le pays, combattent depuis plus de quinze ans le gouvernement fédéral soutenu par la communauté internationale. Chassés des principales villes du pays en 2011-2012, ils restent solidement implantés dans de vastes zones rurales.
Le président somalien Hassan Cheikh Mohamoud leur a déclaré une « guerre totale », et a lancé en septembre une offensive militaire, notamment appuyée par des frappes aériennes américaines. Mais les shebabs continuent de mener des attentats sanglants en représailles, soulignant leur capacité à frapper au cœur des villes et des installations militaires somaliennes.

Continuer la lecture
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LA UNE

CAMEROUN – Attaque meurtrière à Bamenyam

Publie

le

Au Cameroun, une attaque meurtrière, mardi 21 novembre 2023 au matin, dans la région de l’ouest, à la frontière avec la région du Nord-Ouest. Des hommes armés à motos ont attaqué le marché de Bamenyam dans le département des Bamboutos. Neuf personnes ont été tuées, selon le préfet. L’attaque n’a pas été revendiquée mais les autorités locales pointent du doigt les séparatistes anglophones.

La trentaine d’assaillants, qui s’exprimait en anglais pidgin selon des témoins, est arrivée sur des motos, vêtue de treillis militaires. Les hommes ont pris pour cible des populations civiles présentes dans le marché, tuant neuf personnes. Une dizaine de personnes ont également été enlevées. On dénombre également des pertes matérielles dans la localité. Toujours selon des témoins, les assaillants ont incendié trois boutiques et un véhicule cargo et emporté plusieurs motos.
 
Psychose
La psychose s’est installée à Bamenyam depuis la tuerie, comme nous l’explique cet habitant qui a requis l’anonymat : « Ils ont semé la terreur. La population est en train de quitter le village et nous ne sommes pas sûrs si, dans les jours à venir, il y aura classe. Les enseignants ont peur d’accéder aux salles de cours. »
 
Pas de revendications
L’attaque n’a pas été revendiquée, mais, selon les autorités administratives locales, les assaillants seraient venus des localités du Nord-Ouest voisin miné par une crise qui dure depuis six ans entre les séparatistes anglophones et l’armée régulière. L’attaque de Bamenyam survient deux semaines après celle de Mamfe qui avait fait vingt-cinq morts, le 6 novembre 2023 dans la région du Sud-Ouest, selon le bilan officiel.

Continuer la lecture

ARMÉE

SÉNÉGAL – Armement : Le géant chinois Norinco s’implante et s’apprête à signer un contrat de plus de 27 milliards FCFA

Publie

le

La gendarmerie sénégalaise veut renforcer son armement. Elle s’apprête à signer avec Chine, à travers le groupe Norinco, qui s’est implanté au Sénégal, un contrat à hauteur de 45 millions de dollars soit 27.318.489.030 F Cfa pour l’acquisition de drones à hélices Golden Eagle CR500 au courant du mois d’aout. Ceci, dans le cadre de missions de reconnaissance et éventuellement d’attaque. Ces drones pourront aussi embarquer de l’armement.

Les négociations se sont accélérées entre Norinco te la gendarmerie nationale. Mieux, le projet est en phase de finalisation. Un nouveau rapport de « Défense Military Africa » fait savoir que le conglomérat de défense public chinois Norinco a ouvert un bureau de vente à Dakar, défiant ainsi les fournisseurs d’armes français et russes.

Selon la publication de « Défense Military Africa », Norinco vise également à s’implanter au Mali et en Côte d’Ivoire, des pays où l’entrepreneur militaire chinois est déjà présent sur le marché grâce à la vente d’armes.

Continuer la lecture

A LA UNE

NIGER – Aucun déploiement militaire après l’expiration d’un ultimatum ouest-africain

Publie

le

Aucun déploiement de troupe n’était observé lundi matin au Niger, où le calme régnait dans la capitale, au lendemain de l’expiration d’un ultimatum ouest-africain exigeant le retour à l’ordre constitutionnel après un coup d’Etat, sous peine d’usage de « la force ».

Si les chefs d’état-major de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) ont dessiné les « contours » d’une éventuelle intervention armée au Niger, celle-ci n’a pas été automatiquement déclenchée à l’issue de l’ultimatum qui s’est achevé dimanche 06 Aout 2023 à 22H00 GMT.

Une intervention militaire immédiate pour rétablir le président Mohamed Bazoum n’est pas envisagée à ce stade, selon une source proche de la Cedeao. Un sommet des dirigeants de ses pays membres aura lieu dans « les prochains jours » pour en décider, a-t-elle ajouté.

En dépit d’une fin de non-recevoir des auteurs du coup d’Etat à ce jour, la voie du dialogue semble donc être toujours sur la table. L’armée malienne a de son côté annoncé lundi l’envoi à Niamey d’une délégation officielle conjointe Mali/Burkina Faso, pour « témoigner de la solidarité des deux pays au peuple frère du Niger » avec les auteurs du coup d’Etat.

Le Burkina et le Mali, voisins du Niger, gouvernés eux aussi par des militaires et également confrontés à la violence des groupes jihadistes, ont souligné ces derniers jours qu’une intervention armée serait « une déclaration de guerre » à leurs deux pays.
Dimanche soir, peu avant la fin de l’ultimatum adressé une semaine plus tôt par la Cedeao,

les militaires nigériens ont annoncé fermer l’espace aérien du pays « jusqu’à nouvel ordre ». Ils ont invoqué une « menace d’intervention qui se précise à partir des pays voisins » en assurant que « toute tentative de violation de l’espace aérien » entraînera « une riposte énergique et instantanée ».

Le Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP, l’organe des militaires au pouvoir) a également affirmé qu’un « pré-déploiement pour la préparation de l’intervention a été faite dans deux pays d’Afrique centrale », sans préciser lesquels et ajoutant: « Tout Etat impliqué sera considéré comme cobelligérant ».

Le CNSP s’en est une nouvelle fois pris à la France sans la nommer, mettant en garde la Cedeao, qu’il juge « à la solde » d’une « puissance étrangère, contre toute ingérence dans les affaires intérieures du Niger, ainsi que les conséquences désastreuses de cette aventure militaire sur la sécurité de notre sous-région ».

Calme à Niamey
D’autres voix africaines se sont exprimées ces derniers jours contre toute intervention militaire. Les sénateurs du Nigeria, poids lourd de la Cedeao, ont appelé à renforcer « l’option politique et diplomatique », et l’Algérie, autre voisin du Niger et acteur majeur dans le Sahel, a estimé par la voix de son président Abdelmadjid Tebboune qu’une intervention serait une « menace directe » contre son pays.

Et lundi, le ministre des Affaires étrangères italien Antonio Tajani a dit « espérer » que l’ultimatum de la Cedeao allait être « prolongé ». « Il n’est pas dit qu’on ne trouvera pas une solution qui ne soit pas la guerre », a-t-il déclaré dans un entretien au quotidien La Stampa.

Lundi matin, Niamey s’est réveillé dans le calme au lendemain d’une démonstration de force de quelque 30.000 partisans des militaires qui se sont rassemblés dans le plus grand stade du Niger situé dans la capitale. Des drapeaux du Niger, mais aussi du Burkina voisin ou de la Russie, y ont été brandis, la France et la Cedeao huées, des membres du CNSP venus sur place acclamés par la foule.

Le général Mohamed Toumba, numéro trois du CNSP, a pris la parole pour dénoncer ceux « qui sont tapis dans l’ombre » et « en train de manigancer la subversion » contre « la marche en avant du Niger ». Le président Mohamed Bazoum, renversé le 26 juillet est toujours retenu prisonnier depuis. Dimanche, la ministre des Mines, Ousseini Hadizatou, a été remise en liberté « pour des raisons médicales », a affirmé lundi un membre de son entourage. Mais selon une source proche du parti du président déchu, « toutes les autres personnalités, ministres et responsables politiques arrêtés sont toujours détenus ».

Le coup d’Etat qui a renversé le président Bazoum, allié privilégié de la France et des Etats- unis qui y déploient respectivement 1.500 et 1.100 soldats dans la lutte contre les jihadistes armés qui minent le Niger et la région, a été fermement condamné dans la plupart des pays d’Afrique et ailleurs dans le monde.

La France, ancienne puissance coloniale en Afrique de l’Ouest, de plus en plus en plus vilipendée par les partisans des militaires ayant pris le pouvoir à Niamey, Bamako et Ouagadougou, a martelé ce week-end son soutien aux efforts de la Cedeao pour faire échouer la « tentative de putsch » au Niger.

Continuer la lecture

DERNIERS ARTICLES

FACEBOOK

PUB

NEWS +