Home Côte d’Ivoire AFRIQUE : Cedeao : Cour de justice, le ghanéen Asante et l’ivoirien...

AFRIQUE : Cedeao : Cour de justice, le ghanéen Asante et l’ivoirien Ouattara réélus président et vice-président

0
@Koaci

Le président de la Cour de justice de la CEDEAO, le juge ghanéen Edward Asante, a été réélu pour un deuxième mandat de deux ans par une équipe de cinq juges de la Cour. Au même moment, le vice-président de cette Cour, l’ivoirien Gberi-be Ouattara, a également été réélu pour un nouveau mandat de deux ans. Par Koaci

Réagissant à sa réélection et d’après l’agence de presse nigériane NAN, le juge Asante a félicité ses collègues pour la confiance qu’ils lui ont témoigné. Le président réélu de la Cour de justice de la CEDEAO s’est engagé à utiliser le second terme pour améliorer encore le fonctionnement de la Cour et l’exécution de son mandat.

Asante a déclaré que l’honneur qui lui a été fait ainsi qu’à son pays, le Ghana, montre que ses collègues « approuvent la trajectoire vers laquelle nous conduisons collectivement la Cour ».

Les cinq juges de la Cour de la CEDEAO sont le président d’Edward Asante (Ghana), le vice-président de Gberi-be Ouattara (Côte d’Ivoire), Dupe Atoki (Nigéria), Keiukura Bangura (Sierra Leone) et Januaria Costa (Cap-Vert).

Sélectionné pour vous :  NÉCROLOGIE : Jacques Diouf ancien Secrétaire général de la FAO est décédé.

Mission et compétences

La Cour de justice de la CEDEAO est le principal organe judiciaire de la Communauté. Elle a été créée par un protocole signé en 1991 et mise en place en 1993. Cette institution régionale a pour rôle majeur d’assurer le respect du droit et des principes d’équité dans l’interprétation et l’application des dispositions du Traité révisé ainsi que d’autres instruments juridiques subsidiaires adoptés par la Communauté.

La Cour de Justice de la CEDEAO connait des différends dont elle est saisie par les Etats dans l’interprétation des dispositions du Traité révisé. En outre, elle peut émettre un avis consultatif sur des questions juridiques, lorsqu’elle en est saisie par le Conseil des ministres de la CEDEAO. Elle est également compétente pour se prononcer sur les violations des principes fondamentaux des droits de l’homme.

Source : Coach / Par Mensah correspondant permanent de KOACI au Togo, Nigeria et Ghana