Home BURKINA FASO BURKINA FASO – Paul-Henri Sandaogo Damiba, déchu, joue la carte du fair-play 

BURKINA FASO – Paul-Henri Sandaogo Damiba, déchu, joue la carte du fair-play 

0
Paul-Henri Sandaogo Damiba @Capture photo page Facebook Paul-Henri Sandaogo Damiba

La tension au Burkina Faso est retombée. Les commerces et les écoles ont rouvert leurs portes. Ce 3 octobre 2022, le gouvernement togolais met fin aux rumeurs. Le ministre togolais de la Communication et porte-parole du gouvernement, Akodah Ayewouadan a déclaré que le lieutenant-colonel avait trouvé refuge au Togo après le putsch du vendredi 30 septembre. Entre-temps, un enregistrement de ce dernier circule sur la toile dans lequel il annonce sa démission au poste de chef de l’État et souhaite bon vent aux nouvelles forces.

Dans une vidéo, visiblement enregistré ce dimanche 2 octobre 2022, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba annonce sa démission afin d’éviter une escalade : « […] considérant l’intérêt supérieur du Burkina Faso, j’ai renoncé à ma fonction de chef de l’État, de président de la Transition. » Pour lui, un bras de fer reviendrait à accroître « […] les risques de division au sein de notre armée ». Chose contraire aux engagements que son gouvernement avait pris devant la Cedeao. Il n’a pas manqué de faire le bilan de ce putsch avoue les intentions des  » nouvelles autorités » :  » Avant que nos morts n’aient pu être inhumés (…) quelques unités de nos forces militaires, avec des sympathisants civils et politiques, mus par des motivations individualistes, subjectives et se prévalant de certaines frustrations et revendications qui devraient pouvoir trouver des solutions dans d’autres cadres de concertation, ont convergé de manière massive vers les zones sensibles. L’objectif affiché était clair : interrompre la Transition. Leurs actions ont occasionné deux morts, neuf blessés et des dégâts matériels. »

L’attaque du convoi de Gaskindé n’était qu’un prétexte pour les nouvelles forces d’ « interrompre la Transition. (…)», se désole Paul-Henri Sandaogo Damiba. A la fin de son enregistrement, il a adressé : « À l’endroit des nouvelles autorités du Faso » : «ses vœux de succès.» et les a exhorté à  « à travailler, surtout à unir plutôt qu’à disperser et à porter leurs responsabilités comme un sacerdoce. »  Dans un entretien donné à RFI, le capitaine Traoré annonce qu’il est lui aussi dans la continuité et donne l’engagement qu’il n’y aura pas « de chasses aux sorcières » dans l’armée.

À voir aussi  NIGER : L’opposant Hama Amadou de nouveau emprisonné.

Les choses, on peut le dire, se sont tassées. Ce mardi 4 octobre, la ministre des Affaires étrangères de Guinée-Bissau, Suzy Carla Barbosa, va conduire une délégation. Elle va être accompagnée du président de la commission de la Cédéao, le Gambien Omar Aliou Touré, mais surtout de Mahamadou Issoufou, l’ancien chef d’État du Niger, en tant que médiateur.

       

Laisser un commentaire