Home RD CONGO CONGO : Denis Sassou Nguesso investi candidat pour la Présidentielle de mars...

CONGO : Denis Sassou Nguesso investi candidat pour la Présidentielle de mars 2021

0
Dénis Sassou Nguesso @Informateurs228

Le président Denis Sassou Nguesso officiellement a été investi candidat pour la Présidentielle de mars 2021 par le Comité central du Parti congolais du travail (PCT). Il sera candidat à sa propre succession. Il est au pouvoir depuis 35 ans.

Le Comité central du PCT a approuvé à l’unanimité l’investiture du président Denis Sassou Nguesso pour la magistrature suprême. “Le Comité central du PCT approuve à l’unanimité l’investiture du camarade Denis Sassou Nguesso par le Comité national d’investiture en tant que candidat du PCT à la magistrature suprême de notre pays », a déclaré Esther Ayissou Gayama, membre du comité central du PCT. Le Comité central demande ainsi à Denis Sassou Nguesso de faire acte de candidature à l’élection présidentielle de mars 2021. 

Le Président Sassou Nguesso, 78 ans dont 35 au pouvoir, n’a pas encore réagi à cette demande. Mais, les réactions ne se sont pas fait attendre dans les rues de Brazzaville. « Ces élections ne servent à rien car elles n’apporteront rien au peuple congolais », a estimé l’activiste Christ Dongui.

Du côté de l’opposition, cette investiture est la moindre de ses préoccupations. Elle réclame plutôt un processus électoral démocratique et transparent, accusant le camp du pouvoir de vouloir s’imposer par la force. « Nous demandons au Président Sassou qui a été investi par son parti de changer de logiciel. Ce qu’ils font, c’est une honte, parce que tout le monde sait que les élections ne seront pas transparentes », s’est insurgé le président du parti d’opposition « Unis pour le Congo », Paulin Makaya.

À voir aussi  SÉNÉGAL : Le Président Macky Sall a promulgué la loi sur l’état d’urgence et l’état de siège

Quant à Patrick Erick Mampouya du parti MUST, il se sent attristé que le peuple congolais doit encore vivre cinq difficiles années. « Je suis triste et peiné de voir que c’est encore cinq ans de perdu ». Mais, le jeune candidat Dave Uphrem Mafoula estime que l’heure n’est pas à la reculade, mais plutôt de faire front contre le Président sortant. Aussi, a-t-il exhorté le gouvernement à tout mettre en œuvre pour organiser une élection libre et transparente.

Le gouvernement a d’ailleurs lancé une opération de révision de la liste électorale. Un autre motif de contestation pour l’opposition qui exige le recensement de la population.

       

Laisser un commentaire