Home POLITIQUE MALI: Élections législatives contestées

MALI: Élections législatives contestées

0
©Page Facebook du président Ibrahim Boubacar Keïta

Au Mali, c’est contestation sur contestation, la population, mais également le corps de l’opposition sont encore descendus dans les rues pour protester contre ce scrutin législatif qui s’est déroulé dans la plus grande confusion. Une élection qui s’est passée dans une période où le pays est touché par la crise sanitaire mondiale liée au coronavirus, mais également par la disparition de Soumaïla Cissé, le chef de l’opposition malienne qui a été kidnappé lors de ses tournées de campagnes électorales dans le nord du pays.

La Cour constitutionnelle a pourtant validé ce scrutin tant décrié en publiant le 30 avril 2020, les résultats définitifs du second tour du scrutin législatif du 19 avril 2020. Pourtant tous les éléments étaient réunis pour que ce rendez-vous électoral soit repoussé en vain.

Pour dénoncer ce que les manifestants appellent aujourd’hui « un tripatouillage électoral », les rues de trois grandes villes du pays sont prises d’assaut depuis plusieurs jours. Elles sont noires de monde de Kayes à Sikasso, de Kati à Bougouni, de Sévaré à Bamako, la capitale, ils ont bravé le couvre-feu pour manifester leur colère mais également pour exprimer leur désaccord face aux résultats de ces élections législatives inédites. Les manifestants ont perturbé la circulation, bloquer les artères puis brûler des pneus.

Sélectionné pour vous :  AFRIQUE : Hissène Habré retourne en prison

Le parti au pouvoir a raflé la mise des voix exprimées au détriment de l’opposition qui pointe les chiffres des résultats contradictoires publiés par la Cour constitutionnelle et son annexe. Ce ne sont pas seulement les résultats qui sont indexés par l’opposition mais également la Cour constitutionnelle, les manifestants exigent la révision sans concession d’une disposition constitutionnelle qui comprend de l’article 94. Selon eux, la Cour a avantagé le principal parti au pouvoir au détriment de l’opposition. Ainsi, la Coalition pour l’observation citoyenne des élections au Mali (Cocem) demande de lever le voile et éclairer l’opinion publique sur le résultat de ces élections, sans grande satisfaction.