Connect with us

TÉLÉPHONIE

MAURITANIE – Le parti au pouvoir gagne les législatives, régionales et municipales

Publie

le

Les résultats officiels provisoires rendus publics dimanche 21 mai 2023 par la commission électorale à Nouakchott révèlent que le parti au pouvoir en Mauritanie a remporté une large victoire aux élections législatives, régionales et municipales du 13 mai dernier. Ces élections visaient à élire 176 députés, 13 conseils régionaux et 238 conseils municipaux, à un an de l’élection présidentielle.

Le parti El Insaf, du président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani au pouvoir depuis 2019, a remporté 80 sièges de députés, selon les résultats lus par le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Dah Abdel Jelil. Une dizaine de formations membres de la mouvance présidentielle en ont obtenus 36, et l’opposition 24 dont neuf pour sa principale formation, le mouvement islamiste Tewassoul.

Un deuxième tour est prévu le 27 mai pour pourvoir 36 postes de députés de la nouvelle Assemblée nationale alors que l’actuelle est largement contrôlée par le parti présidentiel.

Le parti au pouvoir remporte également les 13 conseils régionaux en jeu et gagne dans 165 communes sur 238. Le reste des communes se partage entre des partis de la majorité présidentielle et l’opposition.

La participation s’est établie à 71,8% pour ces élections auxquelles ont participé 25 formations politiques. L’opposition a dénoncé des « fraudes énormes » lors des scrutins.

Quelque 1,8 million d’électeurs étaient attendus à ces élections, les premières depuis que le président Ghazouani a pris en 2019 la tête de ce vaste pays d’Afrique de l’Ouest reconnu comme l’un des rares pôles de stabilité au Sahel, région troublée par les attaques jihadistes.

Source : Ze-Africanews.com

Continuer la lecture
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CULTURE

La bibliothèque du président Léopold Sédar Senghor en vente – Magazine Sénégal Njaay – Senegal-njaay.com

Publie

le

 

« En Afrique, un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle », a-t-on coutume de dire. En Normandie, une bibliothèque qu’on vend, c’est un patrimoine qui est dispersé… En l’occurrence, ce sont les milliers d’ouvrages ayant appartenu à l’ex-président sénégalais Léopold Sédar Senghor qui vont être vendus aux enchères le 16 avril prochain à Caen, en France.

Ce sont plus de 300 lots qui sont mis en vente, pour des sommes allant de 20 à 3 000 euros. Un trésor littéraire et patrimonial qui risque d’être éparpillé.

Le groupe de recherche international Léopold Sédar Senghor (groupe de chercheurs et d’universitaires fondé en 2022) appelle, dans une lettre adressée aux nouvelles autorités de Dakar, à racheter le lot avant qu’il ne soit trop tard, comme l’avait fait le gouvernement précédent en 2023 lors de la vente d’effets personnels du « président poète » disparu le 20 décembre 2001, à l’âge canonique de 96 ans. Le « président poète » sénégalais s’est éteint dans son domicile de Verson, en Normandie, où il s’était installé avec son épouse, après avoir quitté volontairement le pouvoir en 1980.

Maison de Léopold Sedar Senghor à Verson en Normandie : le clou de la visite est le bureau du président. La pièce est plus solennelle que le reste de la maison, dans des teintes rouge et or.
Maison de Léopold Sedar Senghor à Verson en Normandie : le clou de la visite est le bureau du président. La pièce est plus solennelle que le reste de la maison, dans des teintes rouge et or. © RFI/Isabelle Chenu

« On a, à peu près, un millier d’ouvrages de la bibliothèque personnelle de Senghor. Il y a tous les ouvrages des amis de Senghor et du mouvement de la négritude, Aimé Césaire, qui dédie par exemple le Discours sur le colonialisme à ce vieux Léopold Sédar Senghor, explique l’universitaire Céline Labrune-Badiane, au micro de Frédéric Garat, de la rédaction Afrique de RFI.

On a aussi des livres d’Aragon qui lui sont dédiés. On a le livre de Jean Price-Mars, donc l’ethnologue haïtien, qui a été vraiment très important dans la construction de la pensée de Senghor, et beaucoup d’ouvrages d’auteurs sénégalais, ouest-africains, qui constituent un patrimoine absolument majeur de la littérature sénégalaise et ouest-africaine, qui ont contribué donc au mouvement de la négritude.

Les modalités de leur rapatriement au Sénégal ne nous appartiennent pas, néanmoins, on voudrait attirer l’attention des nouvelles autorités, du futur ministre de la Culture, sur la nécessité, justement, de ramener ce patrimoine au Sénégal afin qu’il puisse être accessible au public. L’État du Sénégal peut très bien racheter au moins une partie de ces ouvrages. »

RFI

Continuer la lecture

TÉLÉPHONIE

RD CONGO – Des arrestations de responsables militaires après la répression d’une manifestation à Goma

Publie

le

La République démocratique du Congo (RDC), la délégation interministérielle venue enquêter à Goma, suite à la répression violente contre les manifestants dans la capitale de la province du Nord-Kivu vient déjà de prendre des sanctions à l’encontre certains membres des forces de sécurité, ce lundi 04 septembre 2023.

Cette nuit, le ministre de l’intérieur, Peter Kazadi, s’est exprimé devant les journalistes, en présence du ministre de la défense, Jean-Pierre Bemba. Le chef de la brigade de la garde républicaine, et le commandant du régiment à Goma, ont ainsi été arrêtés et mis en détention le 3 septembre au soir. Un procès devrait se tenir dans la journée.

« Nous demandons à la population de rester calme »
« Quelques responsables militaires ont immédiatement déférés devant l’auditoire, a expliqué Peter Kazadi, au micro de la rédaction de RFI Kiswahili. Il s’agit du commandant de la brigade de la garde républicaine et du « commandant régiment ». Ils sont placés en détention et un procès sera organisé dans les heures qui viennent pour que les responsabilités soient établies ».

Le ministre de l’intérieur a ajouté : « Nous demandons à la population de rester calme, de faire confiance dans le gouvernement et faire confiance en notre justice qui va bientôt se prononcer. Nous demandons à chaque famille qui aura constaté la disparition de l’un de ses membres, de se signaler auprès de l’auditoire supérieur, avec la possibilité de se constituer « partie civile » dans le procès qui va être organisé. »

Le 30 août, une opération militaire avait été lancée tôt à Goma pour empêcher la tenue d’une manifestation. Les protestataires, des membres de la secte Foi naturelle judaïque et messianique vers les nations, s’étaient réunis pour demander le départ de la mission de l’ONU dans le pays (Monusco), et de la force régionale, taxées d’inaction face aux groupes armés. Une quarantaine de personnes sont mortes lorsque les forces de l’ordre sont intervenues.

Continuer la lecture

TÉLÉPHONIE

MALI – Les USA sanctionnent trois hauts responsables pour y avoir facilité l’expansion de Wagner

Publie

le

Le département du Trésor des États-Unis a sanctionné ce 24 juillet 2023 trois responsables militaires et du gouvernement de transition malien, dont le ministre de la Défense Sadio Camara, « pour avoir facilité le déploiement et l’expansion des activités de la société militaire privée Wagner au Mali ».

Washington a sanctionné trois hauts responsables maliens ce 24 juillet 2023 pour avoir aidé au déploiement de Wagner au Mali : l’actuel ministre de la Défense Sadio Camara, le général Alou Boï Diarra, patron de l’armée de l’air et son adjoint, le colonel Adama Bagayoko.

Ces trois haut-gradés maliens se voient donc imposer des sanctions économiques par le Trésor américain. Des sanctions individuelles, qui « ne sont pas dirigées contre le peuple malien », assure le Trésor américain

Concrètement, les trois officiels de Bamako verront leurs éventuels avoirs aux États-Unis gelés et ont interdiction d’effectuer des transactions avec toutes personnes ou entreprises américaines.

Pour Washington, ces trois officiers ont facilité « l’enracinement » de Wagner au Mali, à la fois à l’extérieur de leur pays, via un accord de coopération conclu avec la société paramilitaire. Accord négocié au cours de voyages en Russie en 2021 puis 2022.

Son principal artisan serait le colonel Camara, actuel ministre de la Défense et pilier de la Transition. Autre information avancée à propos de ce dernier : il est, selon Washington, citoyen français.
Les États-Unis pointent également le soutien apporté aux mercenaires, cette fois directement sur le sol malien : un appui matériel, logistique, mais aussi économique. En permettant l’exploitation de l’or notamment, les trois officiels de Bamako ont pour le Trésor américain, « ouvert la voie » à la spoliation « des ressources souveraines » et aux « violations des droits humains ».

Deux mois plus tôt, un autre pilier du système Wagner au Mali avait été sanctionné par le Trésor américain : le Russe Ivan Maslov, relais d’Evguéni Prigojine à Bamako.

Continuer la lecture

DERNIERS ARTICLES

FACEBOOK

PUB

NEWS +