Home MUSIQUE – Avec “Saba’s Journey”, le bassiste sénégalais Alune Wade marche sur...

[MUSIC-IN] – Avec “Saba’s Journey”, le bassiste sénégalais Alune Wade marche sur les traces de la reine de “Saba”

0
Alune Wade @sie-see.org

Alors que je tuais le temps en signant des pétitions en ligne pour éviter que le monde soit moins triste, mon téléphone sonne : c’est la rédaction. Elle me propose de me pencher sur un musicien sénégalais du nom d’Alune Wade.

Jusqu’à quelques jours encore, je ne savais que dalle de cet artiste au patronyme présidentiel. Et les premières impressions qui me viennent à l’esprit — au sujet de son nom de scène Alune Wade — m’ont fait penser à l’anagramme de l’aulne, cette plante d’ornement très prisée dans la fabrication de guitare haut de gamme pour ses caractéristiques acoustiques. Ça tombe bien, le mec est bassiste. Il paraît même que c’est un virtuose, en la matière. En épluchant sa discographie, je m’attendais à trouver des trucs suspects qui me donnerait l’occasion de le caresser à rebrousse-poil, de le saturer de mon fiel. À ma grande surprise, je constate que le mec est clean. Au contraire, il a une carrière de la taille de l’Himalaya. À 44 seulement.

Entendons-nous, je ne dis pas de lui que c’est un Mozart. Mais, comme ce dernier, il est entré très tôt dans la musique. Une porte entrebâillée par son père, ancien chef d’orchestre de l’armée sénégalaise, lui permet de découvrir l’extraordinaire monde musical. La guitare basse l’attire, l’électrise. C’est très vite qu’il s’impose, malgré son jeune âge, aux côtés d’artistes accomplis. Fort de ces expériences, il sort son premier album « Mbolo », 2006 : il a 28 ans. Après le piano et la guitare, Alune découvre la basse qui devient son instrument de prédilection. En 2011, il enregistre “Ayo Nene”, son second album solo. Les albums se succèdent ; 2015 : Havana-Paris-Dakar, avec le pianiste cubain Harold Lopez-Nussa, 2015 ; African Fast Food, 2018. Le jeune artiste gagne en maturité, en profondeur et en dimension. Ce n’est pas suffisant. Il va aller s’abreuver à la source d’une icône du jazz, Marcus Miller.

Alune Wade, une virtuose de la guitare basse…
Alune Wade est une virtuose de la guitare basse du continent africain et notamment du Sénégal son pays d’origine. Un musicien hors pair qui ne frappe pas les cordes, mais qui les caresse ; ses doigts trouvent les lignes, comme le prosateur trouve le rythme mélodique d’une phrase. Il a écumé les plus grandes scènes du monde, mais celles qui l’ont marqués sont : ‘‘Oran, Tunis, Maroc, Ethiopie : ce sont des villes qui ont une place assez conséquente dans ma carrière musicale depuis que j’ai croisé des musiciens marocains comme Aziz.’’ lâche-t-il à notre micro. Il insiste particulièrement sur le voyage presque initiatique qu’il a dû faire ‘‘pour la création’’ de son album : ‘‘J’ai enregistré d’abord à Tunis’’, ‘‘après j’ai fait aussi des prises à Paris, des prises à New York et à Dakar aussi et voilà c’est ce qui donne dans c’est ce qui est vraiment l’histoire de cet album qui est tout le temps.’’ Auparavant, il a collaboré, dans l’ombre, avec des artistes de renommées internationales, comme Paco Séry, Salif Keita, Youssou Ndour, Ismaël Lô. N’étant pas de réputations flambardes, il est assez méconnu du grand public. Mais son titre Saba’s Journey extrait de son nouvel album Sultan, qui « va paraître en digital le 6 mai et en physique le 20 mai 2022 » fera date, nous dit-il lors d’une interview. Sultan « est le bilan des dix dernières années de ma carrière et c’est pourquoi on y sent des andalouses, ethio-jazz, de maghreb ».

Alune Wade @Page Facebook Alune Wade

“Saba’s Journey” : un voyage nitroglycérine aux rythmes africains
“Saba’s Journey”! « Ce single fait partie des 12 morceaux qui figurent sur mon prochain album “Sultan” », lâche-t-il en parlant de son nouvel album “Sultan”, le visage illuminé. Je sais que mes goûts musicaux sont souvent à chier — comme la plupart des choses dont je raffole. Mais, je possède un plus : quelque chose qui manque à beaucoup ; l’oreille musicale. Au début, c’est avec la stupidité hagarde d’un idiot — au sens dostoïevskien du mot — que j’ai écouté une première fois cette musique instrumentale. Et très vite, au fil des reprises, j’ai commencé à percuter : à saisir les notes, les nuances, l’histoire que raconte l’artiste dans ses créations. Je ne suis pas un grand connaisseur en musique mais je sais reconnaître une pépite musicale et cette chanson qui retrace le voyage de reine de “Saba” fera date dans les annales de l’art. « Cette chanson parle un peu – parce qu’on ne saurait tout dire dans un single de 5.28 – de l’histoire de la reine de Saba quand elle quitta l’Éthiopie pour aller vers Israël, la terre promise », dit-il. Du paysage désertique entrevu par une fenêtre de l’histoire, une femme ouvre la marche. Derrière elle, un groupe d’hommes, de femmes et de chameaux marche aux sons de la contrebasse et du piano.

À voir aussi  [CINE-ART] - SÉNÉGAL - Un film sur l’indépendance du Sénégal en avant-première au festival de Cannes

Saba’s Journey” pourrait être considéré comme une chanson de départ. Dans ce single, Alune Wade invite à un voyage au cœur de la civilisation égyptienne, aux sources du rythme avec à sa tête une femme. Chose peu courante dans une société antique. Dans cette musique joyeuse teintée d’un brin futuriste, le bassiste de jazz Alune Wade marche sur les traces de nos ancêtres égyptiens. Architecte d’une histoire tourmentée, Alune construit la vaste histoire de la reine de “Saba” avec des matériaux musicaux et rythmiques solides.

       

Laisser un commentaire