Home SÉNÉGAL SÉNÉGAL – Le projet des tenues scolaires installe la polémique

SÉNÉGAL – Le projet des tenues scolaires installe la polémique

0
Président Macky Sall @Page Facebook Macky Sall

Le président de la République, Macky Sall, à l’occasion du conseil présidentiel pour l’insertion et l’emploi des jeunes le 23 avril 2021, avait pris la décision d’institutionnaliser les tenues scolaires confectionnées par les artisans. Une mesure rendue concrète par le ministre de l’Éducation nationale, Mamadou Talla qui a annoncé le mardi 3 août, l’entrée en vigueur de cette nouvelle disposition dès la rentrée 2021/2022. Un budget de 30 milliards de francs CFA sur trois ans a été dégagé pour financer ce projet.

Dans les établissements scolaires au Sénégal, les élèves devront désormais porter des uniformes. Le ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla, a fait savoir, dans un communiqué le 3 août 2021, la volonté de concrétiser cette mesure annoncée par le chef de l’Etat, Macky Sall, depuis le 23 avril. Dénommé  » Programme national de dotation des établissements en tenues scolaires », il est prévu sur trois ans pour un montant total de 30 milliards, en raison de 10 milliards par an.  Ce programme est réservé pour le préscolaire et le primaire. Le ministère de l’Education nationale travaille sur la mise en place des tenues scolaires généralisées. Il ne reste qu’à choisir les couleurs. L’objectif est d’atteindre une meilleure égalité et harmonie sociale à l’école. L’autre objectif est de créer des emplois pour les jeunes.

Toutefois, pour certains acteurs de l’éducation, les priorités sont ailleurs. Il faut construire des écoles, se débarrasser des abris provisoires ou encore équiper les bibliothèques. « Il y a des problèmes liés à l’absence de sanitaires, à l’absence de murs de clôture, des matériels pédagogiques. Il faudrait prendre en compte d’autres charges qui sont indispensables particulièrement dans les régions reculées où il y a vraiment des difficultés vécues par les élèves.», a déclaré Abdoulaye Fané, Président de l’Union nationale des parents d’élèves.

À voir aussi  SÉNÉGAL : Le troisième homme du parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng a tiré sa révérence.

« Nous pensons que créer 6000 classes, c’est créer des emplois. Construire et fabriquer des milliers de table- bancs, c’est créer des emplois. Amener des points d’eau aussi, c’est des emplois durables », a confirmé Abdou Faty, Secrétaire général du syndicat des enseignants libres du Sénégal (Sels).

Cheikh Mbow, directeur exécutif de l’ONG de défense de l’éducation, la COSYDEP, a ajouté que « la priorité est d’assainir les écoles et de protéger les élèves face à la recrudescence du Covid-19 ».

Dans un post publié sur sa page facebook, l’ancien ministre conseiller, Moustapha Diakhaté, a estimé que c’est une véritable provocation que de dépenser autant d’argent pour acheter des uniformes scolaires au moment où des milliers d’élèves apprennent dans des abris provisoires.

Pour  Moustapha Diakhaté, à cette situation dramatique, il faut aussi ajouter les inacceptables déficits d’enseignants, de classes et de tables bancs. L’alibi de l’emploi des jeunes ne tient pas la route.

       

Laisser un commentaire