Connect with us

PREMIÈRES DAMES

SYLVIA BONGO ONDIMBA : Première dame du Gabon.

Publie

le

Sylvia Bongo Ondimba, de nationalité gabonaise, est née le 11 mars 1963 à Paris. Fille d’Edouard Valentin et d’Aimée Baudier, elle connaît très tôt l’Afrique: le Cameroun, la Tunisie, enfin le Gabon où la famille s’établit en 1974. Sylvia Bongo Ondimba fréquente l’Institut Immaculée Conception de Libreville jusqu’à son baccalauréat.

Après des études de gestion en France, elle regagne le Gabon où elle entame sa carrière dans l’Immobilier. En 1988, elle rencontre Ali Bongo Ondimba qu’elle épouse en 2000. Ensemble, ils sont les parents d’une famille de quatre enfants : Malika, Noureddin-Edouard, Jalil-Louis et Bilal.

Sylvia Bongo Ondimba devient Première Dame du Gabon le 16 octobre 2009 lors de l’investiture de son époux comme Président de la République gabonaise.

Sylvia Bongo Ondimba a tout particulièrement choisi de placer les valeurs familiales au cœur de ses actions, aussi bien dans le cadre de ses fonctions de Première Dame, qu’à travers les initiatives de sa Fondation.

Son engagement au service de l’investissement humain se traduit par des plaidoyers forts et l’impulsion de réformes d’envergure sur la scène nationale et internationale.

Il se concrétise également depuis 2011 à travers le déploiement par sa Fondation d’actions dans des domaines considérés comme prioritaires et des préalables fondamentaux à un développement durable : l’éducation des jeunes et la promotion des droits de la famille et des femmes.

Continuer la lecture
1 Comment

Laisser un commentaire

PREMIÈRES DAMES

GAMBIE : Fatoumatta Bah-Barrow Première Dame de la Gambie.

Publie

le

Par

Continuer la lecture

PREMIÈRES DAMES

SIKA BELLA KABORE : Première dame du Burkina Faso.

Publie

le

Par

Continuer la lecture

PREMIÈRES DAMES

MAREME FAYE SALL : Première dame du Sénégal.

Publie

le

Par

Madame Marème Faye Sall, Première Dame du Sénégal, est née à Saint Louis, où elle a été éduquée dans le cycle primaire, avant de s’établir avec sa famille à Diourbel. Quatrième d’une famille de huit enfants, elle se spécialise, plus tard, dans l’électrotechnique en décrochant un baccalauréat technique pour continuer à l’Institut Supérieur de Technologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar avec l’ambition d’y poursuivre une carrière en génie électrique. Elle décide après son premier enfant de se consacrer entièrement à sa famille.

D’ascendance Peule et Sérère et ayant évoluée en milieu wolof, elle a très tôt été immergée dans les valeurs qui fondent aujourd’hui la stabilité multiethnique du Sénégal. Attachée à une vie de famille paisible, elle a réussi à faire l’unanimité autour de son humilité non feinte et de sa grande capacité d’écoute et de communication avec les couches pauvres de la population et les jeunes.

Madame Sall est fière d’avoir contribué, aux côtés de son époux, avant et durant la campagne électorale de 2012, et depuis l’accession de ce dernier à la magistrature suprême, à faire avancer le Sénégal vers un nouveau creuset d’humanisme, de partage équilibré et transparent des opportunités au bénéfice des populations les plus déshéritées et vulnérabilisées par des conditions adverses.

Dès l’annonce de la création de la « Fondation Servir le Sénégal » qu’elle dirige avec un Conseil d’Administration composé de compétences bénévoles de haut niveau, Madame Sall a orienté sa préférence pour l’action humanitaire et sociale discrète, au profit de ceux qui en ont le plus besoin, dans un élan de générosité désintéressée, instruite par l’équité mise au service de tous, et une foi inébranlable en un Sénégal de paix, de stabilité et d’innovations au service du pays et de l’Afrique.

Solidaire des préoccupations de la majorité de la population de son pays, et, s’inspirant du fait que toute sa vie durant, elle a été partie intégrante de l’élan de tout un peuple pour de nouvelles conquêtes au service de la prospérité et du changement social, Madame Sall entend « servir le Sénégal » et l’Afrique avec détermination.

Son action philanthropique a commencé par le soutien aux patients qui avaient un besoin urgent d’accès à l’hémodialyse et aux soins rénaux, aux populations en détresse des bas-fonds inondés, aux marchandes de poisson les plus démunies, et aux plus nécessiteux des pèlerins en route pour les lieux saints de l’Islam.

Source : Site internet de la première dame.

Continuer la lecture

DERNIERS ARTICLES

FACEBOOK

PUB

NEWS +