Home POLITIQUE AFRIQUE : Plus de frontières entre les pays membres de la CEMAC.

AFRIQUE : Plus de frontières entre les pays membres de la CEMAC.

0
Les Chefs d'Etats de la CEMAC. Photo Gabontimes

Le 31 octobre 2017 à N’djaména au Tchad, les chefs d’Etat et de gouvernements réunis en conférence extraordinaire ont ratifié la mesure sur la libre circulation des personnes et des biens. cette mesure indispensable à la création d’un marché commun va faciliter aux pays membres de la communauté économique et monétaire d’Afrique centrale d’affranchir les obstacles dans les transactions commerciales et les échanges entre eux.

Ce processus qui dure depuis 45 ans implique le Congo, le Tchad, le Gabon, la Guinée Equatoriale le Cameroun et la Centrafrique. Cette question de la libre circulation a toujours été sur la table des négociations durant de nombreuses années lors des différentes rencontre des chef d’Etats de la CEMAC.

En 1912, l’UDEAC, l’Union douanière et économique de l’Afrique centrale, l’organisme qui est l’ancêtre de la CEMAC avait déjà acté la libre circulation des personnes mais celle-ci n’a jamais été appliquée par les Etats membres.

L’année 2000, à la création de la CEMAC dans la capitale équato-guinéenne, à Malabo, une lueur d’espoir naissait. Une année qui représentait un tournant décisif dans le dossier de la libre circulation des biens et des personnes. Cependant, l’idée d’une compagnie aérienne AIR CEMAC et d’un passeport biométrique commun avait été avancée mais n’a jamais vu le jour.

Malgré ce retard affiché pour mettre d’accord tous les Etats sur la nécessité de ce projet régional, les négociations vont continuer à chaque sommet. Deux pays vont opposer leur droit de véto : la Guinée équatoriale et le Gabon, Etats producteurs de pétrole, peu peuplé et relativement prospère par rapport au pays de leurs homologues. Ces deux blocs craignaient de subir une immigration massive vers leur territoire.

Ce mardi 31 octobre 2017, la signature de cet accord de libre circulation des biens et des personnes représente une avancée significative. Une décision historique pour les pays membres de la CEMAC.

L’objectif de l’organisation régionale est de renforcer les relations monétaires et douanières bilatérales entre les Etats membres et d’affranchir les frontières géographique pour arriver à coordonner des programmes de développement économique, social et industriels, la signature de cette présente mesure viendra renforcer tout ce mécanisme et créera un véritable marché commun africain. Cependant pour la viabilité de ce projet ambitieux, trois facteurs majeurs doivent être ficelés : la mise en place passeport biométriques, la coordination généralisée des services de police et de sécurité des différents Etats membres et le respect de la réglementation du travail pour une bonne harmonisation.

Reste à profiter des retombées économiques. A savoir que les six pays membres de la CEMAC dont la monnaie commune est le franc CFA représente un énorme marché de 30 millions de consommateur et qui a l’horizon 2050 sera un véritable nid de jeunes, potentiels support pour le développement du levier économique. 1,7 milliards de francs CFA ont été débloqués par la CEMAC lors de la signature de l’accord pour accompagner l’application de la libre circulation des biens et des personnes.