Home BURKINA FASO BURKINA FASO – Un leader du mouvement Balai citoyen aux arrêts

BURKINA FASO – Un leader du mouvement Balai citoyen aux arrêts

0

Ce lundi 5 septembre 2022, l’un des membres des mouvements : Balai citoyen et Mobilisation des Intelligences pour le Fasa (M.I.Fa), Ollo Mathias Kambou alias Kamao, a été interpellé par des gendarmes après une émission télévisée à la radio burkinabè Oméga. Il aurait eu des mots musclés à l’encontre du président de la transition. Les deux mouvements auxquels Kamao appartient, demandent sa libération immédiate. À la suite d’une manif du 6 septembre, on a frôlé le pire. 

Ce mardi 6 septembre 2022, à Ouagadougou, quelques heures après l’arrestation de leur militant, les deux mouvements, Balai citoyen et la MIFa, ont réagi vigoureusement face à l’arrestation de leur militant. C’est Smockey, qui, sur sa page Facebook, a ouvert les hostilités. Le rappeur reconverti en militant engagé s’est d’abord lancé dans un exercice dont lui seul à le secret. Il n’a pas été tendre avec le chef de la transition concernant l’arrestation d’Ollo Mathias Kambou : « [..] Marchands d’illusions et autres pourfendeurs des opinions contraires à celle du roi du moment. » Après sa vindicte contre le régime, c’était au tour du MIFa d’indiquer qu’il tiendrait : « les auteurs de cette arrestation pour responsable de ce qui pourrait nuire à l’intégrité physique et morale de son militant. »

Invité par Omega TV afin de donner son avis sur le discours prononcé le 04 Septembre 2022 par le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo DAMIBA, Ollo a descendu la junte avec des propos bien calibrés. Ça a fait l’effet d’une bombe. En résumé, Kamao a trouvé que le bilan du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) au pouvoir n’était pas à la hauteur des attentes des populations. Gronde dans la grande muette. Sur le chemin de la maison, il a été enlevé par des hommes en civil et conduit à la gendarmerie. Le mouvement Balai citoyen, par le biais de Zinaba Rasmané, fustige : « Ces genres d’arrestations cavalières ne sont pas du fait des Républiques qui se respectent (…) On est porté à penser que c’est une manière de casser le rythme de la mobilisation aujourd’hui des masses populaires par rapport à tout ce que nous voyons en termes de ratés dans la gouvernance. » Devrait-on s’attendre à une mobilisation générale comme celle qui à emporter Blaise Compaoré en 2014 ?

À voir aussi  NIGER : Trois jour de deuil national

Ce mardi 07 septembre 2022, le mouvement Balai citoyen à appeler à manifester pour la libération du camarade emprisonné. Une poignée de manifestants sont descendus dans les rues. Mais sur le lieu de la manifestation un autre groupe les attend de pied ferme. La tension était perceptible. Le risque d’une échauffourée, grande. Des individus se réclamant du mouvement « Sauvons le Burkina » y étaient, eux-aussi, pour une contre-manifestation. Il faut dire que le régime en place a aussi ses inconditionnels. Invectives, insultes, jets de pierres,… Tout ceci semble-t-il se serait déroulé sous les yeux des forces de l’ordre. Aucun n’a daigné lever le pouce. Si rien n’est fait, ces vagues de mobilisation risquent d’envenimer les tensions socio-politiques déjà à leur comble. Tout ceci se déroule alors que lechef de la transition burkinabè, le lieutenant-colonel Damiba est à Abidjan depuis ce lundi 5 septembre 2022.

       

Laisser un commentaire