Home LITTÉRATURE CÔTE D’IVOIRE – Gauz’ écrit pour la parole à travers Cocoaïans, une...

CÔTE D’IVOIRE – Gauz’ écrit pour la parole à travers Cocoaïans, une nation au chocolat

0
@Gauz'

Parmi la foule d’œuvres littéraires qui inondent les librairies à cette rentrée, celle qu’on vous annonce va faire sensation. Il risque de vous foutre un very bad trip patriotique. Je ne sais pas combien de temps ça lui a pris pour « cuisiner » cette dope, mais je peux vous l’assurer : c’est de la bonne… Foi de junky ! Un moment de défonce euphorique et joyeuse : du rire étouffé à l’explosion de larmes. 

Désormais, la tablette de chocolat Lidl n’aura plus le même goût sur votre langue. De la production de la fève de cacao au Sud à la vente de la tablette de chocolat vendu chez Lidl par le Nord, il y a tout un multivers. Du producteur black crève-la-faim au consommateur blanc friqué, Gauz’, – c’est son nom de plume, sinon à l’état civil il se nomme Armand Patrick Gbaka-Brédé – en véritable spécialiste agronome-confiseur, détaille dans Cocoaïans… Non. Il ne détaille pas, il dresse un portrait en millefeuille du cacao dans tous ses états. 

Cette œuvre aurait dû s’intituler : L’amer arrière-goût du chocolat

Gauz’ nous en avertit dans « Pour commencer… », – un joli rail de cocoaïans aux allures d’un avant-propos à renifler –, comme pour dire que « toute ressemblance avec des personnages existants serait purement fortuite » : « Sa dernière phrase je l’ai prise en pleine tête. Une punchline, littéralement une phrase qui cogne ! Mon voyage au pays des Cocoaïans a commencé là. Alain m’a prêté le nom, je l’ai rempli de mon imaginaire. » Pourtant chacun sait « que c’est ça qui est ça ». « Techniquement », c’est bien joué.

Je me demande si un résumé est ici nécessaire. Quand on a bien bossé les manuels d’histoire au programme dans les établissements primaires et secondaires, on s’en sort facilement. 1908. Travail forcé. Début du deuxième âge colonial. Le système de pillages des produits coloniaux se fait moins systématique. Naissance d’une bourgeoisie agraire. Grand’pa et d’autres paysans acceptent de cultiver la « plante amère » ? Les syndicalistes (agriculteurs) tapent du poing sur la table. Les Soleils des indépendances. On a sorti les casseroles : charivari des petits dioula pendant une éclipse lunaire ; le chat aurait attrapé la lune. Un président historien est arrêté chez lui par des forces impérialistes. Tout ceci mis dans une grande machine à concher. 

À voir aussi  GUINÉE : Binette DIALLO, la directrice de la 'Guinée Fashion Fest' au "We Wax the World" à Paris.

Cocoaïans est une œuvre d’érudition. L’auteur est remonté aux sources, a compulsé toute la littérature autour du cacao, cette culture coloniale, qui deviendra 2031, le fer de la lance d’une nation chocolat. C’est une absolue nécessité pour tout étudiant en histoire ou en économie internationale de se procurer ce livre. Tout l’univers de ce récit est bâti autour de documents scientifiques, d’archives nationales.

Le cacao, comme thème central, a été le prétexte pour Gauz’ d’ébaucher ses idées marxistes au vitriol. Il attaque de front l’économie dite libre-échangiste tout en pointant du doigt l’état d’insécurité et de vulnérabilité des agriculteurs. Il dénonce la mainmise des puissances étrangères sur les économies africaines. Gauz’ touche ici au caractère discriminatoire des échanges commerciaux transatlantiques et fustige la très controversée rhétorique commerciale le «libre-échange». En effet, le producteur africain vend sa fève à des confiseries occidentales qui la transforment et reviennent vendre le même produit fini à 100, 200, 2000 fois le prix d’achat de la matière première.

Dans un univers où la fantaisie se mêle à la vérité, sans jamais se laisser corrompre, Gauz’ place le curseur sur la forte dépendance technologique des producteurs africains vis-à-vis des exportateurs, des grandes confiseries européennes. L’auteur de Black Manoo a érigé sa tendance à l’ironie et en punchlines en système. L’ironie est une constante dans l’œuvre de Gauz’. Un style réactionnaire, ironique et monstrueusement oral. Un roman écrit pour la parole. Son gimmick, c’est les punchlines incisives.

Avant que mon pénis de sang ne regagne sa taille naine après s’être dopé à cette came littéraire, je tiens à lâcher une dernière giclée acidulée. À la volée. J’espère que ça ne va pas retomber sur ma face de rat. Je le dis tout de go : je n’aime pas le style de Gauz’. Cette intrigue originale, assez neuve et audacieuse, aurait pû être embellie dans un style ornemental. Mais Gauz’ est un réfractaire, une vraie tête à clashs, un réactionnaire toujours shooté à bonne – fève. Encore une fois, il abuse d’inventions langagières à vous faire choper une céphalée dans quand vous avez eu le malheur de ne pas être né ivoirien. Vanhouan !

       

Laisser un commentaire