Home PEOPLE ÉTATS-UNIS – R. Kelly va en taule… Il risque d’y rester pour...

ÉTATS-UNIS – R. Kelly va en taule… Il risque d’y rester pour encore longtemps

0

Longtemps, on a pensé que Robert Sylvester Kelly, c’est son nom à l’état civil, était un mec sympa, sans embrouille. Mais le 29 juin 2022, une “allumeuse” – Ne vous en offusquez pas ; dans l’argot des prisons, ça fait référence au juge – du tribunal fédéral de New York a statué : le rappeur de 55 ans risque de passer le reste de sa vie en taule. Il vient de prendre 30 piges.

Les épisodes d’une chute
R. Kelly n’était pas un repris de justice. Il n’avait pas une facture de garagiste, un casier chargé. On n’avait jamais établi de connexion entre lui un quelconque gang. Juste deux ou trois trucs, assez banals dans la vie d’un rappeur noir américain. Alors ! Comment en sommes-nous arrivés là ? Les ennuis judiciaires de l’homme débutent en décembre 2000. Un grand rapport d’enquête, accablant, l’épingle : il aurait eu des rapports sexuels avec la chanteuse Tiffany Hawkins alors âgée de 15 ans. Mais, ses avocats sont tenaces. Ils le disculpent. Deux ans plus tard, il est inculpé pour pédopornagraphie. En mars 2003, une vidéo dans laquelle le chanteur urine sur un mineur fait le tour du monde. L’ordure ! Mais, comme par enchantement la justice américaine l’acquitte. Même avec les preuves sous les yeux. En 2018, avec le mouvement MeeToo, l’affaire refait surface. Une vraie revolution féministe. Chaque femme doit “lâcher un porc” dans la fosse médiatique. Il se trouve que R. Kelly est le porc qui revient dans la bouche de plusieurs femmes. Les langues se délient. L’orage crève. Le rappeur n’aura pas le temps de se mettre à l’abri.

Surviving R. Kelly, le doc cataclysmal
“Surviving R. Kelly” est un documentaire qui fait tout péter. Quand il est sorti en 2019, ça a fait le buzz ; R. Kelly en a pris plein la gueule. Tout le monde lui est tombé dessus. Pour l’homme qui a chanté : “I believe, I can fly”, le retour à la réalité sera dur. Le rappeur est qualifié par ses victimes de “prédateur sexuel”. Par le parquet de d' »imprudent », de “manipulateur”. RCA Records, son label qui lui est resté jusque-là fidèle, le lâche. Autour de lui, tout s’effondre. Le chanteur veut redorer son image. Il donne une interview hallucinante à la chaîne CBS : il pète les plombs devant le monde entier. Cette perte de sang-froid le condamne aux yeux du public. C’est Icare qui se brûle les ailes.

À voir aussi  CANADA : Justin Bieber sur les étoiles aux MTV Europe music Awards

R. Kelly mord la poussière, la chute d’une étoile
Au cours du procès, et même à l’annonce du verdict, R. Kelly ne s’est jamais “affalé”, il n’a rien avoué des sagouineries qui lui ont été reprochées, jusqu’au bout. Plusieurs personnes, victimes du rappeur, jeunes, au moment des faits, ont été entendues. Visiblement quand il apparaît devant le tribunal, ce jour-là, avec des lunettes noires, un masque noir et son superbe un haut kaki, il ne s’attendait pas à ce verdict. Il pensait, peut-être, s’en sortir à bon compte. L’accusation lui reprochait neuf chefs d’accusation. On ne va tous les énumérer, mais le plus important était : traite des êtres humains à des fins d’abus. De toute évidence, si les crimes de R. Kelly ont été passés sous silence jusqu’à présent, c’est la preuve qu’il y a eu un changement émotionnel et des décennies de transformations morales et politiques pour que nous aboutissions à ce résultat.

       

Laisser un commentaire