Connect with us

ATHLÉTISME

SÉNÉGAL – Bineta Diedhiou la reine du taekwondo qui trône aux jeux olympiques

Publie

le

Bineta Diedhiou, née le 8 janvier 1986 à Dakar, est une jeune athlète sénégalaise adepte de taekwondo. Bineta Diedhiou, c’est aussi celle qui a dignement fait ses preuves dans cette discipline en hissant haut le drapeau emblématique de son pays, le Sénégal partout où elle a été. Quatre fois championne d’Afrique, quatre fois championne du monde francophone, première taekwondoiste médaillée mondiale, elle a participé à deux reprises aux jeux Olympiques en 1/4 de finale. La lionne de la téranga a plusieurs fois été élue meilleure combattante, souvent lion d’or dans sa disciple, une fois lion d’or national. Bienvenue dans le monde de Bineta Diedhiou, une ambassadrice sur tous les fronts.

Le taekwondo de mère en fille
L’athlète Bineta Diedhiou est née dans une famille de sportifs. Tous ses frères et sœurs sont des ceintures noires. Elle évolue ainsi dans une famille d’athlètes qui a facilité son amour pour ce sport. Elle a passé son enfance au Camp Abdou Diassé situé à Colobane qui abrite le Club BUSAN, c’est là-bas qu’elle a effectué ses premiers pas dans la discipline. Sous l’œil vigilant de son père, Binta Diedhiou a rapidement adopté et aimé cette discipline. « Ce qui m’intéresse le plus dans le taekwondo, c’est sa capacité à forcer la personne sur le mental, comportemental et disciplinaire », a-t-elle affirmé.

Bineta Diedhiou

Son père : une référence pour elle
Bineta est couvée très tôt par son père 7ème Dan WTF, qui le prend sous son aile pour faire d’elle une championne émérite. Il devient sa référence dans la discipline en dehors de sa mère. À la question de savoir quels sont les combats qui ont marqué sa carrière, Binta Diedhiou choisit sa première médaille mondiale et sa première qualification aux jeux olympiques “Les combats qui m’ont marqué, il y en a beaucoup. Je peux citer ma première médaille mondiale et ma première qualification au Jeux Olympique, c’était inédit pour le Senegal et un honneur pour la femme senegalaise. ”, a-t-elle avoué. Elle a vécu ses pires moments dans cette discipline durant les derniers championnats du monde à Manchester en 2019.

La médaille d’or des Championnats d’Afrique de taekwondo
La médaillée d’or aux Championnats d’Afrique de taekwondo 2012 à Antananarivo Binta Diedhiou a démontré ses prouesses non seulement sur la plan national mais aussi international. En 2009, la sénégalaise remporte la médaille d’or des Championnats d’Afrique de taekwondo à Yaoundé. Mais ça ne s’arrête pas là : elle a aussi obtenu la médaille de bronze des Championnats d’Afrique de taekwondo 2010 à Tripoli et la médaille d’argent des Jeux africains de 2011 à Maputo, dans la catégorie des moins de 57 kg. Cependant, elle est battue au premier tour des Jeux olympiques d’été de 2012 à Londres dans la même catégorie par la Finlandaise Suvi Mikkonen et médaillée d’or aux Championnats d’Afrique de taekwondo 2012 à Antananarivo, toujours dans cette catégorie. Elle est médaillée d’or aux Jeux africains de 2015 à Brazzaville en moins de 57 kg. Elle est médaillée de bronze des moins de 57 kg aux Championnats d’Afrique de taekwondo 2018 à Agadir.

Bineta Diedhiou

Son rapport avec le public sénégalais
Binta Diedhiou a de très bonnes relations avec l’ensemble des autres sportifs sénégalais et étrangers. Binta Diedhiou n’a pas oublié le public sénégalais en qui elle voit une source de motivation.  » Le public Sénégalais est formidable et constitue une source de motivation supplémentaire pour moi. N’oubliez pas que le Sénégal est le pays de la Téranga », a déclaré l’athlète. “Le soutien de l’Etat existe mais il est très insuffisant par rapport au sport de haut niveau”

Son message à la jeune génération
Pour terminer, elle a lancé un message fort aux jeunes en général et plus particulièrement aux jeunes filles en ces termes : « Les jeunes doivent comprendre que tout est possible mais rien n’est obtenu gratuitement. Il faut avoir confiance en soi d’abord en travaillant durement, être patient et respectueux envers les autres et surtout faire preuve d’abstinence et persévérance et le tout encadré par une bonne hygiène de vie. »

 

Continuer la lecture
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ATHLÉTISME

JEUX DE LA FRANCOPHONIE – Le Sénégal décroche 23 médailles, dont 10 Or

Publie

le

Les rideaux sont tombés sur les Jeux de la Francophonie dimanche 06 Aout 2023 à Kinshasa (RD Congo). Au terme de ces joutes, le Sénégal termine à la quatrième place avec 23 médailles: 10 Or, 7 Argent et 6 bronze.

Les athlètes sénégalais se sont bien comportés aux 9es de la Francophonie. La preuve, ils ont pu réaliser une bonne moisson avec 23 médailles (10 Or, 7 Argent et 6 bronze).

Ces performances ont valu à la délégation sénégalaise la 4e place au classement des nations. Ainsi, le Sénégal a conservé à Kinshasa le même classement que celui obtenu lors des Jeux de la Francophonie en 2017 à Abidjan.

Le Maroc a pris la première place du podium en récoltant 57 médailles : 22 or, 16 argent et 19 bronze. La Roumanie est deuxième avec 38 médailles : 17 or, 9 or et médailles: 6 or, 2 argent et 12 bronze.

La dernière marche du podium est occupée par le Cameroun qui obtient 38 médailles: 11 or, 13 argent et 14 bronze, rapporte le quotidien sportif « Stades ».

À ces 9es Jeux de la Francophonie, le Sénégal était représenté dans toutes les huit disciplines inscrites au programme: athlétisme, para-athlétisme, judo, cyclisme, basket (U-25), football (U20), et lutte.

Sur un bilan des médailles, le Sénégal a obtenu 3 or et 5 argent en athlétisme. En lutte, le Sénégal a glané 13 médailles : 6 or, 2 argent et 5 bronze.

Si Libasse Ndiaye a sauvé l’honneur en judo, l’équipe nationale féminine U25 de basketball a fait des merveilles en adjugeant l’or. Avec ces jeunes basketteuses, la relève pourrait bien être assurée en équipe nationale A.

Médailles du Sénégal
Athlétisme (8)
or (3) Saly Sarr (triple saut, 14m00), Louis François Mendy (110 m haies, 13″ 38), Cheikh Ti diane Diouf (400 m, 45″70) Argent (5): 4×100 m (3966). 4×400 m (3’03″66), Mamadou Fall Sarr (100 m, 10″17), Ousmane Si- dibé (400m haies, 49″58), Amath Faye (triple saut, 16m61)

Judo (1)
Bronze (1): Libasse Ndiaye (-100 kg)

Basket (1)
Or (1): Lionnes U25

Lutte (13)

Continuer la lecture

ATHLÉTISME

110 MÈTRES HAIES – L’athlète sénégalais Louis François Mendy bat le record et se qualifie aux JO de Paris

Publie

le

Il y aura un athlète senegalais aux Jeux Olympiques de Paris 2024 dans la catégorie 110 mètres Haies. Lors du meeting international de Troyes, samedi 1er juillet 2023, le coureur Louis-François Mendy a établi un nouveau record national du Sénégal sur 110m haies avec un temps de 13 secondes et 18 centièmes., Il avait déjà battu son propre record national lors du meeting de Genève avec un chrono de 13″36, il y a un mois.

Cette performance lui a non seulement permis de dépasser les minima olympiques fixés à 13 secondes et 27 centièmes, mais elle lui a ouvert les portes des championnats du monde d’athlétisme prévus à Budapest, en Hongrie, du 19 au 27 août 2023.

Continuer la lecture

ATHLÉTISME

JEUX OLYMPIQUES DE PARIS – Une perquisition en cours au comité d’organisation

Publie

le

Une perquisition est en cours, ce mardi matin 20 juin 2023, au siège du Comité d’organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 (Cojop), à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). La nature de l’enquête judiciaire qui entraîne cette intervention n’a pas été précisée. Le Cojop a déclaré « collaborer pleinement avec les enquêteurs pour faciliter leurs investigations ».

Une autre perquisition est également menée à la Solideo (Société de livraison des ouvrages olympiques). Cette dernière a également affirmé « collaborer pleinement avec les enquêteurs et avoir remis tous les dossiers demandés ».

Les perquisitions sont faites par l’OCLCIFF (Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales) et la BRDE, brigade financière de la police judiciaire parisienne.

Une procédure relative aux achats « imprécise et incomplète » selon l’AFA
Le Cojop est constitué sous forme d’association loi 1901. La Cour des comptes suit de près son activité et doit publier un rapport très prochainement. En avril 2021, deux rapports de l’Agence française anti-corruption (AFA) sur l’organisation des JO avaient pointé des « risques d’atteintes à la probité » et de « conflits d’intérêts », égratignant l’image des JO « exemplaires » voulus par le patron du Comité d’organisation Tony Estanguet.

Ces deux rapports initiaux livrés début 2021, dont le Canard Enchaîné avait déjà évoqué la teneur il y a près d’un mois, sont consacrés au Comité d’organisation (Cojop) lui-même et à la Solideo. Les inspecteurs de l’AFA ont estimé que la procédure générale relative aux achats est « imprécise et incomplète », et ont souligné qu’il existait « parfois des situations de potentiels conflits d’intérêts non maîtrisés ».

Continuer la lecture

DERNIERS ARTICLES

FACEBOOK

PUB

NEWS +