Home JUSTICE SÉNÉGAL – L’assemblée refuse de criminaliser l’homosexualité

SÉNÉGAL – L’assemblée refuse de criminaliser l’homosexualité

0

Cette décision ne va pas plaire au collectif pour la préservation des valeurs dénommé « and sam jiko yi » ainsi qu’au député Mamadou Lamine Diallo qui a porté le combat à l’hémicycle. L’assemblée nationale a rejeté le mercredi 5 janvier 2022 la proposition de loi visant à criminaliser l’homosexualité. Le bureau de l’assemblée a jugé « irrecevable » le texte proposé au mois de décembre 2021.

L’assemblée nationale a débouté le collectif « and sam jiko yi » a propos de la loi portant criminalisation de l’homosexualité. Réuni le mercredi 5 janvier 2022, le bureau de l’assemblée a considéré que les motifs exposés dans cette loi sont « irrecevables » puisqu’il existe déjà une loi qui punit les actes contre nature. Le code pénal prévoit actuellement jusqu’à cinq ans de prison pour les actes qualifiés de « contre nature avec un individu de son sexe ». Le collectif dirigé par Ababacar Mboup réclamait une peine de 10 ans pour les coupables de « lesbianisme, homosexualité, bisexualité, transsexualité, intersexualité, zoophilie, nécrophilie et autres pratiques assimilées ».

Le collectif Free Sénégal qui milite pour le respect des droits des citoyens est totalement contre une telle loi. Il estime que cela porte atteinte à la liberté des individus dans leur orientation sexuelle. Le groupe parlementaire du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar de la majorité présidentielle trouve le débat inopportun et purement politique. Pour le vice-président de l’Assemblée nationale, Abdoul Mbow, c’est un faux débat qui distrait les sénégalais déjà occupés par les élections locales du 22 janvier 2022. 

À voir aussi  SEYCHELLES : Démarrage de la vaccination contre le coronavirus

Cheikh Omar Diagne, membre actif du collectif « and sam joko yi » s’est dit déçu par la décision prise par le bureau de l’hémicycle de rejeter la proposition de loi. Pour lui, sur Walf Tv le mercredi 5 janvier 2022, il appartient au peuple de continuer le combat et d’imposer sa volonté. Le combat est donc loin d’être fini car, selon Cheikh Omar Diagne, tout homosexuel ou lesbienne sera sévèrement sanctionné par le peuple qui n’aura plus besoin de s’en remettre à la Police ou à la Gendarmerie.

       

Laisser un commentaire