Home SÉNÉGAL SÉNÉGAL : Le ministre de l’intérieur menace de dissoudre le parti Pastef

SÉNÉGAL : Le ministre de l’intérieur menace de dissoudre le parti Pastef

0
Oumane Sonko @PressAfrique

Le ministre de l’intérieur, Antoine Félix Diome, a sorti un communiqué le samedi 2 janvier 2021 pour freiner la campagne de levée de fonds initiée par le parti Pastef (Patriotes du Senegal Pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité). Cette campagne internationale entre dans le cadre du programme « Nemmeeku Tour » récemment initié par le parti politique d’opposition, qui vise à donner la possibilité au leader du parti, Ousmane Sonko, arrivé troisième lors de la présidentielle de mars 2019, de sillonner le Sénégal afin de marquer son empreinte et de faire connaître ses ambitions.

Dans le communiqué signé par le ministre de l’intérieur, Antoine Felix Dione, il est précisé qu’au Sénégal, la loi interdit à un parti politique de bénéficier d’un financement provenant de l’etranger. « En vertu de l’article 3 de la loi n°81-17 du 6 mai 1981, relative aux partis politiques, modifiée par la loi n° 89-36 du 12 octobre 1989, les partis politiques ne peuvent bénéficier d’autres ressources que celles provenant des cotisations, dons et legs de leurs adhérents et sympathisants nationaux et des bénéfices réalisés à l’occasion des manifestations. », peut-on lire dans le communiqué.

Selon toujours le ministre, tout parti politique qui persiste à collecter des fonds venant de l’étranger, comme c’est actuellement le cas avec Pastef, sera immédiatement dissout. « Tout parti politique qui reçoit des subsides de l’étranger ou d’étrangers établis au Sénégal, s’expose à la dissolution, conformément à l’article 4 alinéa 2 de la loi de 1981 susmentionnée. », laisse-t-il entendre.

À voir aussi  TUNISIE : Les élections avancées après La disparition du président Béji Caïd Essebsi.

Un communiqué attaqué de toutes parts par les analystes politiques et les cadres de Pastef eux-mêmes. Babacar Fall du Groupe de Recherche et d’Appui Conseil pour la Démocratie Participative et la Bonne Gouvernance(GRADEC), considère que « le communiqué du ministre de l’intérieur est une dangereuse atteinte aux libertés » dans la mesure où « c’est une lecture erronée que le ministre de l’Intérieur fait de la loi, parce qu’il y a la loi de 1985 qui a été modifiée par la loi de 1989 qui régit les partis politiques. »

En dépit de cette mise en garde du ministre de l’Intérieur, les camarades de Birame Souleye Diop, administrateur du parti Pastef, disent être tranquilles car ils sont parfaitement en phase avec la loi. D’ailleurs, ils comptent poursuivre la campagne de levée de fonds et dérouler le programme.

       

Laisser un commentaire