Connect with us

SÉNÉGAL

SÉNÉGAL – Procès en appel : Plus de 30 organisations issues de 17 pays renforcent la «défense» de Sonko

Publie

le

Ousmane Sonko

Le combat s’internationalise. L’Organisation Néopanafricaniste de Souveraineté (ONS) qui regroupe 36 entités issues de 17 pays différents s’invite dans le dossier de diffamation opposant le président du parti Pastef/Les patriotes au ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang. Alors que ce dernier a interjeté appel (le procès est prévu ce lundi 17 avril devant la Cour d’appel de Dakar) après la décision rendue en première instance le 30 mars dernier, l’ONS a sorti un long communiqué de plaidoiries en revenant également sur la genèse des faits. Ceci, dans le but d’interpeller de l’opinion africaine et mondiale. « Nous voulons les inviter à avoir bien présent à l’esprit tous les épisodes antérieurs des persécutions susmentionnées, dont est victime le leader Ousmane Sonko, pour établir un lien direct avec l’affaire Mame Mbaye Niang, le ministre de Macky Sall, et qui s’inscrit visiblement dans le cadre d’un plan global mis en place par le président actuel du Sénégal, que l’opinion nationale et internationale soupçonne de vouloir briguer un troisième mandat anticonstitutionnel, pour se maintenir à la tête du Sénégal en éliminant de la course à la présidentielle celui qui est pressenti comme son potentiel successeur», ont indiqué les membres signataires dans le document que Seneweb publie in extenso.

«L’actualité continentale est depuis quelques semaines secouée par la situation délétère qui prévaut au Sénégal. Le pays de la Teranga connaît des troubles du fait des manifestations qui opposent les partisans du leader patriote panafricaniste Ousmane Sonko aux forces de défense et de sécurité dans le cadre du procès en diffamation intenté par Mame Mbaye Niang, l’actuel ministre du Tourisme et des Loisirs du gouvernement de Macky Sall, contre le leader du Pastef.

En effet, Ousmane Sonko qui est à la base un expert en finance publique et fiscalité et qui a commencé sa carrière comme inspecteur principal des impôts et des domaines, a affirmé avoir parcouru un rapport de l’inspection générale des finances (IGF) qui épingle le ministre de Macky Sall pour le détournement massif de deniers publics dans le cadre des activités du Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac). Cette structure étatique sénégalaise crée en 2014 qui vise l’insertion des jeunes diplômés et non diplômés dans les métiers de l’agriculture, la promotion de l’investissement privé dans le secteur agricole, à offrir aux populations rurales un cadre propice au développement de véritables entreprises agricoles et l’émergence de pôles de développement, était sous la direction de Mame Mbaye Niang à l’époque où il était ministre de la jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne.

« (…) Au cours de cette altercation, le président Ousmane Sonko a été aspergé d’un liquide suspect, dont on ignore encore la nature, ainsi que le député Guy Marius Sagna, un de ses soutiens les plus fervents, qui s’est courageusement interposé pour arracher des mains des policiers le président Ousmane Sonko… »

C’est donc en rapport dudit procès que des manifestations se sont produites le 16 mars dernier à Dakar et ont opposées les forces de l’ordre sénégalaises aux partisans du leader du Pastef. Ces manifestations ont dégénéré du fait des intimidations et des provocations des forces de l’ordre qui voulaient imposer un itinéraire au leader Ousmane Sonko pour se rendre au tribunal mais dont les partisans se sont très rapidement mobilisés pour le défendre et le protéger après que ce dernier ait été brutalisé par ces mêmes forces de l’ordre.

Au cours de cette altercation, le président Ousmane Sonko a été aspergé d’un liquide suspect, dont on ignore encore la nature, ainsi que le député Guy Marius Sagna, un de ses soutiens les plus fervents, qui s’est courageusement interposé pour arracher des mains des policiers le président Ousmane Sonko qui se faisait malmener physiquement par ces derniers. C’est d’ailleurs devant le domicile d’Ousmane Sonko aux côtés duquel il devait se rendre au lieu d’une manifestation prévue le 15 mars, que le député leader de Frapp-France dégage va être atteint par un projectile qui va le blesser à la cuisse, alors qu’il s’opposait aux forces de l’ordre qui s’obstinaient à empêcher arbitrairement le leader du Pastef de sortir de chez lui, bien que ce dernier n’ait jamais été assigné à résidence surveillée.

Conduit de force au tribunal par les forces de l’ordre, le président Ousmane Sonko va demander à se rendre en urgence dans une structure hospitalière pour y subir des soins après des malaises consécutifs à cette agression scandaleuse et barbare dont il aura été victime en mondovision. Il sera finalement admis dans une clinique de la place après en avoir été empêché par les mêmes forces de l’ordre qui l’ont curieusement ramené de force à son domicile, alors que le leader du Pastef se sentait très mal.

« L’ONS constate pour le déplorer que depuis le début de sa carrière de haut fonctionnaire, Ousmane Sonko n’a eu de cesse d’être dans le collimateur du pouvoir de Macky Sall »

Reporté au 30 mars, le procès va finalement se solder par la condamnation de l’opposant à une peine de deux mois de prison avec sursis assortie d’une amende de 200 millions de francs CFA. Ce verdict pour lequel le plaignant Mame Mbaye Niang avait dans un premier temps exprimé sa satisfaction, a été vite remis en cause par celui-ci le lendemain au cours d’une conférence de presse en annonçant son intention d’interjeter appel pour exiger une peine plus lourde et un montant beaucoup plus élevé au titre des dommages et intérêts, menaçant au passage de faire saisir le domicile du leader du Pastef s’il ne payait pas dans les délais impartis ledit montant.

L’Organisation Néopanafricaniste de Souveraineté (ONS) s’interroge sur ce rétropédalage de Mame Mbaye Niang et tient à souligner son caractère malveillant qui semble s’inscrire dans la suite logique des persécutions et du harcèlement dont le leader de l’opposition sénégalaise est victime de la part des autorités sénégalaises dans un but inavoué, au regard des nombreux obstacles et ennuis judiciaro-administratifs de tout genre dont il est victime depuis qu’il s’est politiquement révélé aux sénégalais et à l’Afrique toute entière.

L’Organisation Néopanafricaniste de Souveraineté constate pour le déplorer que depuis le début de sa carrière de haut fonctionnaire, Ousmane Sonko n’a eu de cesse d’être dans le collimateur du pouvoir de Macky Sall et d’être persécuté par celui-ci, pour ses postures critiques à son encontre. En effet, en aout 2016, l’actuel maire de Ziguinchor, du fait de ses diatribes contre le gouvernement et ses accusations contre l’État sénégalais pour des anomalies fiscales et budgétaires mettant en cause le président Macky Sall, se voit radié de l’Inspection générale des impôts et domaines pour manquement au « devoir de réserve », après la création de son parti politique qui lui permet d’être élu député à l’Assemblée Nationale du Sénégal en 2017.

En janvier 2018, il sort le livre Pétrole et gaz au Sénégal : Chronique d’une spoliation, où il accuse Macky Sall et son entourage de malversations dans la gestion des ressources naturelles du pays. En septembre 2018, il publie un livre programme, Solutions, dans lequel il livre un diagnostic des problèmes sociaux et économiques du Sénégal, déclinant ses propositions pour y remédier. Ce livre qui rencontre un franc succès est mal accueilli par les autorités sénégalaises qui y voient une énième saillie de l’opposant contre la politique gouvernementale et une preuve des ambitions présidentielles du natif de Thiès.

« Cette volonté d’écarter par des moyens peu orthodoxes des rivaux politiques de la course à la présidentielle sénégalaise est une constante chez le président sénégalais qui a tout fait pour mettre à l’écart, par des manigances similaires, d’autres prétendants au fauteuil présidentiel comme Karim Wade ou Khalifa Sall »

Arrivé troisième à la présidentielle de février 2019, Ousmane Sonko monte en puissance et fait peur au pouvoir de Macky Sall qui ne cache plus son aversion pour ce dernier. En février 2021, le leader du Pastef est curieusement accusé de viol par une employée de salon de massage qui lui porte plainte dans la foulée, accusations qu’il rejette et qualifie de complot visant à l’éliminer de la course à la présidentielle de 2024. C’est dans le cadre du procès lié à cette affaire que des manifestions violentes éclatent à Dakar en mars 2021, opposant les forces de l’ordre et les partisans d’Ousmane Sonko, manquant de peu de faire tomber le régime de Macky Sall. Malgré ses ennuis judiciaires, le leader du Pastef continue sa montée en puissance et est élu maire de Ziguinchor à l’occasion des élections locales de janvier 2022.

Au vu de ce qui précède, l’Organisation Néopanafricaniste de Souveraineté (ONS) invite l’opinion africaine et mondiale à avoir bien présent à l’esprit tous les épisodes antérieurs des persécutions susmentionnées, dont est victime le leader Ousmane Sonko, pour établir un lien direct avec l’affaire Mame Mbaye Niang, le ministre de Macky Sall, et qui s’inscrit visiblement dans le cadre d’un plan global mis en place par le président actuel du Sénégal, que l’opinion nationale et internationale soupçonne de vouloir briguer un troisième mandat anticonstitutionnel, pour se maintenir à la tête du Sénégal en éliminant de la course à la présidentielle celui qui est pressenti comme son potentiel successeur.

L’Organisation Néopanafricaniste de Souveraineté constate également pour le déplorer le silence complice de la Communauté Internationale qui donne ainsi le blanc-seing à Macky Sall qu’elle soutient dans ses intrigues et sa volonté à briguer un troisième mandat pour faire barrage à un potentiel successeur qui critique ouvertement la politique africaine de la France et qui ne cache pas ses intentions d’inscrire le Sénégal dans une dynamique de partenariat multilatéral en phase avec un monde multipolaire émergeant, au moment où le contexte géopolitique continental est caractérisé par « l’irruption » de la Russie dans le pré carré africain de la France. Cette volonté d’écarter par des moyens peu orthodoxes des rivaux politiques de la course à la présidentielle sénégalaise est une constante chez le président sénégalais qui a tout fait pour mettre à l’écart, par des manigances similaires, d’autres prétendants au fauteuil présidentiel comme Karim Wade ou Khalifa Sall.

« L’ONS lance donc un appel au peuple sénégalais pour qu’il reste vigilant et en ordre de bataille dans la perspective de la suite du procès opposant le leader Ousmane Sonko à Mame Mbaye Niang, pour… »

L’Organisation Néopanafricaniste de Souveraineté invite les autorités sénégalaises à se ressaisir et à cesser d’instrumentaliser la justice pour satisfaire les ambitions malsaines du président Macky Sall qui n’hésite pas à recruter sur des bases ethniques et dans toute la sous-région des milices qu’il incorpore aux forces de défense et de sécurité, et qui sont vraisemblablement les auteurs des violences contre Ousmane Sonko et ses partisans et de la tentative d’empoisonnement dont a été victime le leader du Pastef. Cette instrumentalisation du fait ethnique par le président sénégalais risque de mettre à mal l’unité nationale qui semblait être un acquis à la base de la culture démocratique reconnue par le monde entier au pays de la Teranga. L’Organisation Néopanafricaniste de Souveraineté dénonce les violations notoires et répétées de l’Etat de droit par les autorités sénégalaises qui sont vraisemblablement en train de sombrer dans la tyrannie, si l’on s’en tient à l’expulsion manu militari de l’avocat Juan Branco choisi par Ousmane Sonko pour assurer sa défense, et l’utilisation arbitraire de la puissance publique pour instaurer par la violence un climat de terreur dans le pays au regard du nombre sans cesse croissant des morts, des blessés et des nombreux emprisonnements enregistrés.

L’Organisation Néopanafricaniste de Souveraineté soutient le leader du Pastef qui lutte pour la souveraineté du Sénégal afin que ce pays africain ait le contrôle de ses richesses naturelles, au moment où l’augmentation de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières rend particulièrement avide et violente la caste régnante au Sénégal et qui explique la montée des tensions dans la perspective des élections présidentielles de février 2024, et toute la violence et les persécutions qui s’abattent sur toutes les personnes qui tentent d’empêcher le déraillement des procédures supposément démocratiques qui doivent avoir cours dans ce pays. Ce soutien se justifie pleinement au regard des espoirs qu’incarne l’opposant sénégalais par rapport à la problématique de l’intégrité territoriale en lien avec la question de la Casamance, la gestion rationnelle des ressources pétrolières et gazières, et surtout la question géopolitique qui inquiète au plus haut point les ennemis de l’Afrique des libertés qui soutiennent en sous-main le régime agonisant de Macky Sall.

L’Organisation Néopanafricaniste de Souveraineté se tient aux côtés du peuple sénégalais qu’elle invite à ne pas faiblir dans sa mobilisation pour protéger ses droits, et donc, la démocratie sénégalaise, gage de stabilité et de développement.

L’Organisation Néopanafricaniste de Souveraineté lance donc un appel au peuple sénégalais pour qu’il reste vigilant et en ordre de bataille dans la perspective de la suite du procès opposant le leader Ousmane Sonko au valet instrumentalisé du président Macky Sall, Mame Mbaye Niang, pour protéger la vie du leader Ousmane Sonko qui est visiblement menacé de mort par un régime décidé à embraser le Sénégal pour satisfaire les ambitions jusqu’au-boutistes d’un homme qui a manifestement choisi de sortir par la petite porte et de finir dans les poubelles de l’histoire. »

Pour l’Organisation Néopanafricaniste de Souveraineté
Le Président
Fait à Bamako, le 15 avril 2023 M. NGOMO PRIVAT.

LES MEMBRES SIGNATAIRES DE L’ORGANISATION NEOPANAFRICANISTE DE SOUVERAINETÉ (36 ENTITÉS) :

AFRIQUE/MONDE
1. KANE AFRIQUE – ASSOCIATIONS DES 54 PAYS AFRICAINS
2. PLANETE DES JEUNES PANAFRICANISTES [PJP MONDE]

BRÉSIL
3.ASSOCIATION QUILOMBO TATUAPARA-BAHIA-BRASIL

BURKINA FASO
4.APP/BURKINDI

CAMEROUN
5. LA LIMARA DU CAMEROUN (LIGUE DES MASSES POUR LA RENAISSANCE AFRICAINE)
6.NEW PANAFRICAN POWER KAMERUN [NPPK]
7. MOUVEMENT « 10 000 ÉLUS PANAFRICANISTES ENTRE 2023 ET 2028»
CONGO-BRAZZAVILLE
8. OXAKE : LE SOLIDARISME-SUFFISANT !

CÔTE D’IVOIRE
9. PARTI DES PEUPLES AFRICAINS [PPA-CI]
10. LE CONGRÈS PANAFRICAIN POUR LA JUSTICE ET L’ÉGALITÉ DES PEUPLES (COJEP)

COMORES
11. COLLECTIF DE DÉFENSE DE L’INTÉGRITÉ ET DE LA SOUVERAINETÉ DES COMORES [CDISCOM]
12.COMITE MAORE
13.KA UBUNTU
14. SULUHU
15. UKOMBOZI
16. WARABA D’AFRIQUE

EGYPTE
17.NEWPOWER ORIENT [NPO]

FRANCE
18. NEW POWER EUROPA [NPE]
19.KATIIOPA

GABON
20. AIDI-241
21. COPIL CITOYEN
22. NEWPOWER
23. OSONS POUR L’AFRIQUE [OPA]

GUINEE CONAKRY
24.FRONT NATIONAL POUR LA DÉFENSE DE LA CONSTITUTION [FNDC]

GUADELOUPE
25. GWADAFRIKA – DIASPORAKAMA

MALI
26. M5 RFP DIASPORA FRANCE – EUROPE
27.INIS MALI (INITIATIVE NATIONALE D’INVESTISSEMENT SOLIDAIRE)
28. BLACK PLANET MOVEMENT
29. JEUNESSE ESPOIR DU MALI
30. PARADE (PARTENARIAT ALTERNATIF RUSSES ET AFRICAINS POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

NIGER
31.ASSOCIATIONS D’ASSISTANCE AU NIGERIENS

SÉNÉGAL
32. PATRIOTES AFRICAINS DU SÉNÉGAL POUR LE TRAVAIL, L’ETHIQUE ET LA FRATERNITÉ [PASTEF]

TCHAD
33. PLATE-FORME DE CONCERTATION DE LA DIASPORA TCHADIENNE
34. NEW POWER TCHAD [NPE]

TOGO
35.LA DYNAMIQUE MGR KPODZRO [DMK]
36. LA COORDINATION INTERNATIONALE DE LA DYNAMIQUE MGR KPODZRO [CIDMK]

LES DESTINATAIRES
• CHEFS D’ETAT AFRICAINS
• PRÉSIDENT DE L’UNION AFRICAINE
• PRÉSIDENT DE LA CEDEAO
• PRÉSIDENT DE LA CEEAC
• SECRÉTAIRE EXÉCUTIF DE LA LIGUE ARABE
• CHEFS DE GOUVERNEMENT D’AFRIQUE
• PRÉSIDENTS D’INSTITUTIONS NATIONALES ET INTERNATIONALES
• AMBASSADEURS ACCRÉDITÉS EN AFRIQUE ET A L’ONU
• PRÉSIDENTS D’ONG DE LA SOCIÉTÉ CIVILE EN AFRIQUE
• PRÉSIDENTS DE PARTIS ET MOUVEMENTS POLITIQUES AFRICAINS
• CITOYENS D’AFRIQUE ET DU MONDE

Continuer la lecture
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LA UNE

AFRIQUE DU SUD –  Le principal parti de l’opposition a lancé sa campagne 

Publie

le

Ce samedi 17 Février à Pretoria en Afrique du Sud, le principal parti de l’opposition, l’Alliance Démocratique (DA), a lancé sa campagne électorale. Sept points sont annoncés par le chef du parti, John Steenhuisen, pour sauver le pays.

Ce samedi 17 Février, les partisans de John Steenhuisen étaient nombreux sur la pelouse des Unions buildings située près du siège du gouvernement. L’opposant John Steenhuisen en a profité pour présenter son programme en sept points pour « sauver l’Afrique du Sud ».

Devant une foule immense, John Steenhuisen a parlé des maux qui étouffent l’économie sud-africaine et qui ont provoqué une crise sociale. Il a également déclaré que son parti Alliance démocratique s’engage à réduire les taux de criminalité. Son ambition est de créer deux millions d’emplois, de mettre fin aux coupures intempestives de l’électricité qui paralysent le pays et de mettre en place un climat de cohésion sociale. Le plan détaillé de l’alliance Démocratiquei vise à apporter des solutions concrètes aux grands défis auxquels est confrontée l’Afrique du Sud.

John Steenhuisen a aussi mis l’accent sur la lutte contre la corruption. Il a appelé aux populations de voter pour le parti Alliance démocratique pour éradiquer la corruption qui a ruiné le parti au pouvoir depuis 30 ans.

Un message fort dans un lieu mythique qu’est les Unions buildings, siège du gouvernement de l’ANC (Congrès National Africain), parti au pouvoir depuis trois décennies.

C’est dans une ambiance festive avec le groupe “Les Confretis » que s’est terminée le meeting. Les leaders et alliés du parti démocratique ont rejoint John Steenhuisen sur la scène pour une photo de famille.

La date officielle des élections n’est pas encore annoncée mais l’alliance Démocratique est déterminée à faire entendre sa voix en ces périodes pré-électorales.

Continuer la lecture

A LA UNE

SÉNÉGAL – Manifestations pour exiger une nouvelle date pour la présidentielle

Publie

le

Au Sénégal, des centaines de personnes sont sorties ce samedi 15 février pour manifester dans les Deux voies de Liberté VI à Dakar la capitale. Ils réclament le respect du calendrier républicain et une nouvelle date pour la présidentielle qui devait se tenir le 25 février prochain. Suite au report de la date de l’élection par le Président Macky Sall, la plateforme Aar Sunu Élection (protégeons notre Élection) a appelé à une marche dite silencieuse.

De nombreux Sénégalais se sont déplacés pour répondre à l’appel du collectif Aar Sunu Élection qui regroupe des entités de la société civile et des Partis de l’opposition. Encadrés par la gendarmerie et la police, les manifestants l’ont débuté au rond-point de la SIPRES pour  terminer aux Deux voies de Liberté VI près du quartier populaire de Grand Yoff. La marche autorisée par les autorités sénégalaises, s’est déroulée dans le calme. Les manifestants sont venus de partout pour réclamer leur droit. Certains ont brandit des pancartes où est inscrit « Respecter le calendrier électoral » ; « Nous voulons des élections » entre autres réclamations. D’autres sont habillés en t-shirt floqué Aar Sunu Élection arborant des foulards aux couleurs nationales. Ils ont demandé la libération de leur leader Ousmane Sonko mais aussi de détenus politiques.

Les candidats dont le dossier de parrainage a été validé par  le conseil constitutionnel  notamment  Malick Gakou de Grand Parti, Aliou Mamadou Dia du PUR, Déthé Fall de PRP ou encore les membres de la coalition Diomaye Président  ont participé à la manifestation.

Dans une déclaration conjointe remise aux journalistes à l’issue de la manifestation, les organisateurs de Aar Sunu élection qui regroupe des organisations qui se réclament de la société civile, ont appelé au maintien de la mobilisation citoyenne pour le respect du calendrier électoral, tel défini dans la Constitution du Sénégal.  

Les organisateurs ont aussi magnifié la décision du conseil constitutionnel qui annule le report de l’élection présidentielle qu’il juge contraire à la Constitution et  qui recommande sa tenue dans les “meilleurs délais ’’. Elle a annulé en même temps le décret qui a permis à Macky Sall le 3 février dernier à travers son discours à la Nation, de pousser les élections au 15 décembre prochain. Ainsi, selon un communiqué de la présidence par son porte parole Yora Dia, le président de la République Macky Sall dit se conformer avec le conseil constitutionnel et s’engage à exécuter la décision de cette haute juridiction.

Pour rappel,  le vote pour le report de la présidentielle s’était déroulé sous la contrainte. Des députés de l’opposition avaient manifesté leur désaccord avant d’être expulsés de l’hémicycle par les forces de l’ordre et la Gendarmerie nationale. Suite à l’adoption de cette loi jugée anticonstitutionnelle par l’opposition et la société civile, des manifestations avaient éclaté sur tout le territoire. Des manifestations qui ont coûté la vie à trois individus. 

Continuer la lecture

POLITIQUE

SÉNÉGAL – Harcèlement, altération de nourritures, interdiction de communications : la Coalition Diomaye Président alerte sur les conditions de détention de son candidat

Publie

le

Bassirou Diomay Faye

La Coalition Diomaye Président alerte sur les conditions de détention du candidat Bassirou Diomaye Faye. Les membres de ladite coalition informent que ses jours de visite ont été modifiés et il ne peut recevoir de visites que les mardis et mercredis dans l’enceinte de la Cour. Il lui est également interdit de communications téléphoniques. Sur ce, la coalition Diomaye Président dénonce cet acharnement contre son candidat et tient pour responsable le régime de toute atteinte à l’intégrité physique ou morale de leur candidat.

« À la suite du lancement officiel de la Coalition Diomaye Président et des adhésions massives de leaders de l’opposition, il était attendu du pouvoir en place qu’il rétablisse le candidat Bassirou Diomaye Faye dans ses droits, notamment dans le contexte d’une élection présidentielle dont il est incontestablement le favori », peut-on lire dans un communiqué.

Toutefois, la Coalition annonce que l’Administration pénitentiaire, placée sous la responsabilité du Ministre de la Justice, a décidé de durcir unilatéralement et sans raison justifiée les conditions de détention du candidat Bassirou Diomaye FAYE par:

« Une modification unilatérale de ses jours de visite désormais, le candidat Bassirou Diomaye Faye ne peut recevoir de visites que les mardis et mercredis, et ce dans l’enceinte même de la Cour. Une interdiction de communications téléphoniques sous prétexte que le candidat favori à l’élection présidentielle dont la campagne commence dans deux jours entretient des conversations dont l’objet est politique. Un harcèlement continu la chambre du candidat Bassirou Diomaye Faye est désormais perquisitionnée à tout bout de champ ».

D’ailleurs, elle note une « absence de mesures sécuritaires malgré son statut de candidat à l’élection présidentielle du 25 février 2024 et des alertes multiples sur de probables altérations de la nourriture qui lui est servie. Le candidat Bassirou Diomaye Faye ne prend plus le petit déjeuner ».
La coalition Diomaye Président dénonce cet acharnement contre son candidat. « Nous dénonçons fermement cette énième violation du principe d’égalité entre les candidats à l’élection présidentielle du 25 février 2024. Nous réclamons la libération immédiate de Bassirou Diomaye Faye pour qu’il participe activement à la campagne électorale ».

En tout état de cause, souligne-t-elle, « l’Etat du Sénégal a la responsabilité d’assurer sa protection s’il décide injustement de le maintenir dans les liens de la détention ».

En somme, la Coalition Diomaye Président indique que « Macky Sall, Aissata Tall Sall et Amadou Ba seront tenus pour responsables de toute atteinte à l’intégrité physique ou morale du candidat Bassirou Diomaye Faye ».

Source : Pressafrik

Continuer la lecture

DERNIERS ARTICLES

FACEBOOK

PUB

NEWS +