Home MIXED MARTIAL ARTS - MMA SÉNÉGAL – Yatma Lô donne des conseils aux lutteurs qui veulent pratiquer...

SÉNÉGAL – Yatma Lô donne des conseils aux lutteurs qui veulent pratiquer le MMA

0

La percée des lutteurs sénégalais dans le Mixed Martial Arts (MMA) commence à devenir une réalité. Après le précurseur Bombardier, Reug Reug a récemment intégré le MMA avec à son actif deux victoires en autant de combats. Senseï Yatma Lô, qui est spécialiste des arts martiaux et par ailleurs animateur de l’émission “Tatami” sur la RTS, prodigue des conseils aux lutteurs sénégalais afin qu’ils puissent aller au sommet dans ce milieu très serré composé de vrais « gladiateurs ».

« Ceux qui font du MMA sont de vrais tueurs entre guillemets »

«Si vous ne savez pas frapper un mawashi guéri, un mae-guéri, un coup de pied arrière ou un coup de pied reculé, ce sera difficile de faire carrière dans le MMA. Même si c’est dans la lutte avec frappe, ils (les lutteurs sénégalais) ne savent pas bien frapper aussi. Ça, c’est un constat. Pour faire le MMA, il est toujours bon d’aller s’y entraîner. Ce n’est pas parce qu’on a plus d’une centaine de kilos qu’on sait frapper. Ou bien ce n’est pas parce qu’on sait faire la lutte avec frappe que forcément on doit être un bon combattant en MMA. Ceux qui font le MMA sont de vrais tueurs entre guillemets, des gens qui savent se battre dans la rue, parce qu’ils font en quelque sorte des combats de rue.» a-t-il expliqué.

«Les lutteurs sénégalais doivent avoir les rudiments du MMA»

À voir aussi  FOOTBALL - La nouvelle révélation de Kylian Mbappé : « J’ai demandé à partir »

«Les lutteurs sénégalais n’ont qu’à aller faire du karaté, du taekwondo, de la boxe anglaise,… Ils doivent aller apprendre à frapper, faire du kick-boxing, apprendre à se battre avec les pieds et les mains. Parce que dans la lutte sénégalaise, il s’agit de lutter et frapper. Par contre dans le MMA, on ne fait que frapper essentiellement. Le conseil que je donne à nos combattants lutteurs, c’est de s’entraîner, avoir un bon entraîneur de kick-boxing, un bon entraîneur de boxe française, un bon entraîneur de boxe anglaise, de karaté ou de taekwondo pour pouvoir s’en sortir et avoir les rudiments devant leur permettre d’avoir les fondamentaux du MMA. » a-t-il déclaré.

«La lutte avec frappe est attractive, le MMA a de l’argent»

« Je ne suis pas de ceux-là qui favorisent un peu l’évolution du MMA. Je ne suis pas en faveur de la propagation de cette discipline, parce que les Sénégalais ne la connaissent pas très bien. Il y en a qui veulent faire le MMA, pourquoi ? Parce qu’ils doivent y gagner de l’argent. Un lutteur avec frappe gagne 150 millions FCFA, alors qu’au MMA est ce qu’on leur paye cette somme ? Ce n’est pas évident. Donc, je pense que si c’est pour gagner de l’argent, la lutte avec frappe est beaucoup plus attractive que le MMA qui a beaucoup d’argent quand même. »a-t-il conclu.

       

Laisser un commentaire