Home TCHAD TCHAD – Grève illimitée des magistrats qui réclame un pistolet pour se...

TCHAD – Grève illimitée des magistrats qui réclame un pistolet pour se défendre

0

La situation est inédite. Les magistrats tchadiens ont décrété une grève illimitée depuis le 28 juin 2021. Pour cause, ils réclament plus de sécurité dans l’exercice de leur fonction après l’assassinat du procureur de la République, Ahmat Mahamat Hamba, le mercredi 24 juin 2021, dans la province du Bahta, situé au centre du pays. Soutenu par les avocats au barreau du Tchad, le mouvement d’humeur se poursuit à travers le territoire national. Les hommes aux toges noirs réclament des armes à feu afin d’assurer leur propre sécurité.

L’appareil judiciaire est paralysé au Tchad. Depuis le meurtre du procureur de la République, Ahmat Mahamat Hamba, le mercredi 24 juin 2021, les magistrats ont décidé de porter le combat pour la sécurité et la protection des personnes censées faire appliquer la justice dans le pays. Au terme d’une assemblée générale tenue au palais de justice de N’Djaména le lundi 28 juin 2021, ils ont décrété une grève illimitée jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. « Nous avons décidé cette fois-ci d’entrer en grève illimitée en attendant que la plus haute autorité nous trouve une solution définitive à cette question d’insécurité dans les juridictions. Puisque pour rendre justice, il faut avoir une tranquillité d’esprit et, tant que les juges ne sont pas en sécurité, ils ne pourront pas rendre justice », a indiqué, mardi, à l’Agence Anadolu, le président du Syndicat des Magistrats du Tchad (SMT), Moussa Wadé Djibrine.

À voir aussi  KENYA : Deux présidents pour un pays.

L’appareil juridique réclame plus de considération et de sécurité pour travailler avec plus de stabilité dans un contexte où les armes circulent régulièrement dans le pays. Les hommes sont devenus plus violents et par conséquent les magistrats plus exposés dans l’exercice de leur fonction. « Aujourd’hui, il y a des personnes incontrôlables, il y a des armes qui circulent, les conditions de travail des magistrats ne sont pas réunies, certains travaillent dans des palais complètement délabrés où les locaux ne sont pas clôturés », a déclaré Taoka Bruno, président du syndicat autonome des magistrats du Tchad. Pout lui, le gouvernement fait la sourde oreille face à cette situation qui continue d’inquiéter tous les travailleurs de la Justice. « Notre organisation n’a cessé d’alerter les autorités sur les menaces qui pèsent sur les magistrats. Mais le gouvernement n’a pas pris au sérieux« , a-t-il ajouté.

Les magistrats revendiquent la dotation d’armes à poing aux travailleurs de la Justice à l’instar des procureurs, des juges, des avocats et de tous les autres juristes qui pourraient être exposés dans l’exercice de leur fonction. C’est un premier test pour le président de la Transition, Mahamat Idriss Déby Kaka, arrivé au pouvoir le après la mort de son père Idriss Deby le 19 avril 2021.

       

Laisser un commentaire