Home AFRIQUE DE L’OUEST CÔTE D’IVOIRE : AFFAIRE Guillaume Soro : L’opposition très remontée.

CÔTE D’IVOIRE : AFFAIRE Guillaume Soro : L’opposition très remontée.

0
La-croix.com

Le candidat à l’élection présidentielle en 2020, en Côte d’Ivoire, Guillaume Soro fait l’objet d’un mandat d’arrêt international ce lundi 23 décembre 2019. De la même manière, ses partisans sont victimes de violences policières. L’ex-chef de la rébellion ivoirienne accuse son principal adversaire politique, l’actuel président de la République  Alassane Ouattara d’essayer de l’empêcher de se présenter au prochain scrutin.

Adepte des réseaux sociaux, M. Soro a tenté sur son compte Twitter de donner des explications sur l’acharnement du gouvernement actuel a son égard.

En froid avec le pouvoir depuis près d’un an, l’ex-président de l’Assemblée nationale, toujours député, fait désormais l’objet d’un « mandat d’arrêt international » de la justice ivoirienne. La raison donnée par les autorités judiciaires du pays est la suivante : « tentative d’atteinte à l’autorité de l’État ». Ce mandat émis le lundi par le procureur de la République d’Abidjan, Richard Adou, coïncide avec le jour du retour avorté de Guillaume Soro au pays.

À voir aussi  SÉNÉGAL : Barthelemy Diaz s'oppose au décret.

En effet, il envisageait de rentrer après six mois d’absence, attendu par la plupart de ses militants pour lancer sa campagne électorale pour la présidentielle prévue au mois d’octobre 2020. Mais son avion privé a finalement atterri au Ghana.

Dans ses tweets, il explique que le commandant de bord a été informé en vol que l’avion « pourrait faire l’objet d’un assaut » à l’aéroport d’Abidjan et a décidé de se dérouter vers l’aéroport d’Accra.

Au terme de ce petit bref arrêt, l’avion a décollé à nouveau vers l’Europe, et Guillaume Soro est à présent en Espagne, selon son entourage.

Dans un communiqué, la plateforme Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (CDRP), sous la houlette de l’ex-président Henri Konan Bédié parle d’abus de pouvoir et de dictature, et juge le mandat d’arrêt illégal.